Spread the love

talon6-2018Le Secrétariat exécutif de l’organisation du corridor Abidjan-Lagos (Ocal) a organisé, du 21 au 22 juin 2018 à Abidjan, un atelier régional de dissémination du rapport de la 7ème année du Projet de facilitation du commerce et du transport sur le corridor Abidjan-Lagos (Pfctal). L’événement est placé sous la présidence du ministre des Infrastructures économiques de la Côte  d’Ivoire.

Les réformes entreprises en matière de libre circulation par le gouvernement du président Patrice Talon ont été saluées à Abidjan. C’était au cours de l’atelier régional de dissémination du rapport de l’an 7 du Projet de facilitation du commerce et du transport sur le corridor Abidjan-Lagos (Pfctal). L’objectif général est de partager le niveau d’atteinte des indicateurs de performance du Projet en vue de trouver des solutions consensuelles pour la facilitation du commerce et du transport sur le corridor Abidjan-Lagos.Cette rencontre a permis aux cinq pays du corridor Abidjan-Lagos de renforcer les bases d’une amélioration durable de l’économie sous-régionale. La présentation faite par l’Organisation a fait ressortir le niveau d’atteinte de chaque indicateur depuis le début du projet jusqu’à l’an 7.De façon particulière, le Bénin présente des résultats satisfaisants pour pratiquement tous les indicateurs. Il s’agit, primo, de l’opérationnalisation du guichet unique au Bénin.Secundo, le Bénin a atteint l’objectif fixé pour les temps de séjour des marchandises au Port autonome de Cotonou; une performance que le Nigéria voisin peine à atteindre. Tertio, les temps de traversée des frontières des camions chargés de marchandises au Bénin sont dans les trois premiers de l’espace Cedeao. Pour finir, le ratio de trois (3) barrages routiers aux 100 kilomètres est atteint. Cela a permis au Bénin d’être la première nation en matière de libre circulation des personnes et des biens. Cette prouesse est réalisée grâce à la volonté affichée du président Patrice Talon de supprimer tous les barrages policiers sur les principaux axes routiers. De même, la compétitivité du port autonome de Cotonou a été saluée par l’ensemble des pays du corridor. Car, le temps de sortir des marchandises du port autonome de Cotonou est passé à onze (11) jours, alors que l’indicateur de performance des pays du corridor prévoyait quatorze (14) jours. Il faut noter que l’atelier a regroupé cinquante (50) délégués provenant des parties prenantes du projet, à savoir les Unités de coordination du projet (Ucp), les Comités nationaux de facilitation (Cnf) et les Agences d’exécution en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Togo, au Bénin et au Nigéria.

 Donald Kévin Gayet

(Stag)