Spread the love
Philippe-Noudjènoumè, le premier secrétaire du Parti communiste  béninois
Le président de la Cpfg, Philippe-Noudjènoumè

La convention de concession de construction de la ligne ferroviaire que le Bénin et le Niger s’apprêtent à signer au profit du Groupe Bolloré n’est pas du goût de la Convention patriotique des forces de gauche. Dans un communiqué, ces forces dénoncent les contours flous, ainsi que les insuffisances du projet du groupe français. Elles appellent les forces politiques, notamment les députés, à réagir contre. Lire le communiqué.

Peuple du Bénin

Lève-toi pour empêcher la signature de la funeste convention ferroviaire par le duo Bolloré-Yayi

L’information est tombée. Le 21 Juillet 2015 prochain, sera signée à Paris la funeste convention de concession de construction de la ligne ferroviaire Bénin-Niger au groupe Bolloré. Ainsi à défaut de Cotonou ou de Niamey, c’est la capitale française qui abritera cette signature. Ainsi on s’apprête sous la houlette de Lionel Zinsou, et de ses concitoyens et amis du brain-trust français, tels Laurent FABIUS, Vincent Bolloré, à commettre contre notre pays, contre ses peuples le plus grand crime depuis la conquête française de notre territoire en 1894.

Ils ont programmé cette signature funeste ! Et ce :

1°- Malgré l’Alerte donnée par la Convention patriotique des forces de gauche depuis le 18 Mars 2015 en ces termes : « Au lieu d’une Voie moderne, Bolloré retient des rails de 1910 à écartement métrique….. Au lieu d’une voie pour une durée de 200 ans environ, Bolloré veut nous imposer une ligne vieille, non compétitive pouvant poser d’énormes problèmes d’incompatibilité avec le réseau ferroviaire du Nigeria et nécessitant des réfections tous les cinq ans avec des surcoûts artificiels que l’on peut imaginer et ceci au profit de qui l’on sait…Il s’agit d’un Complot de destruction de notre pays comme des Pays de la sous-région par le Groupe Bolloré »

2°- Malgré les protestations des Membres du Comité technique Interministériel de Suivi de la Convention Benirail adressées au Ministre de Développement et de l’Analyse Economique en date du 1er avril 2015 en ces termes : « Le groupe BOLLORE propose de mettre en place une voie ferroviaire de type obsolète avec un écartement d’un mètre de vieux rails de réemploi de quarante kilogrammes des années 1910. Par contre, le Comité Interministériel propose la construction d’une voie ferroviaire avec une plate-forme de six mètres et un écartement standard de 1,435 m avec des traverses à double écartement sur le tronçon Cotonou-Parakou-Niamey conformément à la directive n° 01/2014/Cm/Uemoa adoptée le 27 Mars 2014 par l’Uemoa…En l’absence de tout cahier de charges, le Groupe Bolloré mène des travaux qui ne respectent aucune norme contemporaine des chemins de fer ». Il se fait que le Ministère destinataire de cette protestation, est détenu aujourd’hui par le Gouverneur français Lionel Zinsou.

3°- Malgré les protestations du Syndicat Syntra-Ocbn en date du 06/08/2014 et des citoyens de toutes sortes et relayées tous les jours par la presse de notre pays (Cf. La Nouvelle Tribune « Une Nouvelle conspiration contre le développement du Bénin » « L’adjudicataire du projet doit être rétabli dans ses droits » etc ; Le Matinal « Boucle ferroviaire Bénin-Niger l’entêtement du Groupe Bolloré inquiète du 09 Juillet » ou « Boucle ferroviaire Complot, imposture et entêtement de fin de règne 13 Juillet» sans oublier Fraternité, La Presse du Jour etc)

4°- Malgré ce fait manifeste que l’option de Bolloré viole toutes les directives communautaires de l’Uemoa et de la Cedeao appliquant la règle de la libre circulation des personnes et des biens ; qu’elle isolerait notre pays du point de vue ferroviaire des autres pays de la sous-région ; qu’elle retarderait gravement notre pays pour des décennies encore.

Avec la signature au forceps prévue pour le 21 juillet 2015 de cette convention qui plus est arrachée à un compatriote Dossou-Samuel Aworet contre toute légalité, la mission du nouveau colonel Dodds-Zinsou, Gouverneur de son Etat aura bien commencé et bravo.

La Convention Patriotique des Force des Gauche au vu de ce qui se passe (violation de toute légalité : comme l’absence de cahier de charges, violation de la concession préalablement accordée au Groupe du Compatriote Dossou-Aworet) déclare

1°- Qu’il s’agit là d’une véritable agression et d’une déclaration de guerre à notre peuple.

2°- Qu’il est pour le moins surprenant que les Députés se taisent sur une telle situation aussi grave.

3°- Que notre Peuple a le droit d’empêcher ce projet funeste par tous les moyens à sa disposition et qu’il le fera pour la dignité de notre pays et ses héros que sont Bio Guerra, Béhanzin, Kaba, Kpoyizoun, Tofa.

4° Qu’il faut à l’avenir, la publication de tout Contrat avec cahier de charges concernant tout projet liant notre pays comme celle de cette boucle ferroviaire et cela avant exécution.

Cotonou le 14 Juillet 2015

 

La Convention patriotique des forces de gauche

  Groupe Pétrolin a les pleins droits, contrairement aux intoxications

Depuis 2008, dans l’offre déposée par le Groupe Pétrolin (Offre qui se trouve encore dans les archives de l’Ocbn et du Ministère des travaux publics), relative à l’Appel d’offres international lancé par les deux Etats du Bénin et du Niger le 4 août 2008 (réf. n° 5498/MDCTTP-PR/MTAC/DC/SG/OCBN) auquel il a soumissionné, le volet social est pris à 100% en compte par le Groupe Pétrolin, jusqu’aux actions qui reviennent au personnel dans la nouvelle Société. Mais, les détracteurs de Samuel Dossou Aworet disent que ce dernier n’avait rien prévu en faveur du personnel dans son projet. Ce qui est archi faux ! En effet, le Groupe Bolloré, que Pétrolin a accepté comme partenaire stratégique (opérateur), propose de prendre en charge l’ensemble du personnel de la défunte Ocbn dans Bénirail Infrastructure. Il est miroité aux agents de mirobolants avantages, juste pour gagner leur confiance. Pris la main dans le sac au sujet de la forfaiture qu’ils s’apprêtent à commettre en programmant la signature de la convention de la concession de construction de la ligne ferroviaire Bénin-Niger au Groupe Bolloré le 21 juillet prochain à Paris, excluant ainsi l’adjudicataire officiel de l’appel d’offres, c’est à une intoxication que se livrent à présent ceux qu’on peut appeler les ennemis du développement du Bénin. L’une des preuves qui font dire que le Groupe Pétrolin a les pleins droits de ce projet est la lettre d’adjudication N° 001/2010/MTTA/MTTTAPTP/PR/CPC signée par les autorités du Bénin et du Niger suite au gain de l’appel d’offres international lancé par les deux Etats. Le Groupe Pétrolin n’aurait jamais eu cette notification si, dans son dossier, il n’avait pris en compte le personnel et ses avantages. Mais aujourd’hui, il faut peindre en noir «l’ennemi numéro 1» dans ce projet et, dans le même temps, blanchir le démarcheur, le Groupe Bolloré.