Spread the love

zinsou lionelLe Premier ministre béninois Lionel Zinsou était ce lundi 7 décembre 2015, l’invité Afrique de Christophe Boisbouvier sur Radio France Internationale (Rfi). De passage à Paris, le neveu de l’ancien président Emile Derlin Zinsou, s’est prononcé, entre autres, sur le choix porté sur sa personne par le président béninois, Yayi Boni comme le porte étendard de l’Alliance des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe) à la présidentielle du 28 février prochain.

Selon lui, ses expériences dans le domaine de l’économie du développement et de la macroéconomie sont autant d’atouts qui ont plaidé en sa faveur. Lionel Zinsou juge compétent Abdoulaye Bio Tchané et Pascal Irénée Koukpaki, deux hommes qui ont le même profil que lui et qui sont aussi annoncés sur la ligne départ de la présidentielle du 28 février 2016. Mais à la différence de ces deux, lui veut prouver qu’on peut trouver des solutions assez pratiques à la vie des gens : «  on est entrain de monter un certains nombre de projets qui touchent par exemple les conducteurs de Taxi-motos communément appelés Zémidjans, cette invention du Bénin mais aussi ce métier précaire. Avec eux, nous sommes entrain d’inventer des moyens de sortie de précarité, augmenter le revenu de protection sociale, de travailler à leur reconversion. On est entrain de faire un programme qu’on appelle « unis pour tous » pour donner aux familles les moyens d’électricité à domicile. Moi je pense qu’il faut travailler pour ceux qui n’ont jamais été atteint par la politique publique, il faut aller beaucoup plus loin. », A-t-il expliqué. Le premier ministre Béninois a balayé du revers de la main les rumeurs qui font de lui candidat de la France, lâchant que « c’est romanesque comme hypothèse ». C’est une polémique absurde. « Je n’ai jamais rencontré au contact de la population, cette question. Je la rencontre sur internet mais avec les populations, je n’ai jamais rencontré cela », s’est il défendu.

Léonce ADJEVI