Spread the love

25587351807_fd63d33cd6_z(Le social, l’axe prioritaire)

Le projet de loi de finances exercice 2019 qui s’établit en ressources et en charges à 1877,543 milliards de FCfa va bientôt atterrir sur la table des députés. Le gouvernement a adopté le document et autorisé sa transmission à l’Assemblée nationale. La décision a été prise au cours du Conseil des ministres d’hier mercredi 19 septembre 2018.

Le projet de loi de finances gestion 2019 a connu une augmentation de 0,8%. Elle s’établit en recettes et dépenses à  un montant de 1877,543 milliards de FCfa contre 1862,918 milliards de FCfa en 2018. En effet, ce projet de loi de finances gestion 2019  est conforme aux options de politique économique, sociale et budgétaire retenues par le gouvernement et exposées à l’Assemblée nationale le 30 juin 2018, à l’occasion du débat d’orientation budgétaire. Sa mise en œuvre permettra une accélération du rythme de croissance économique du pays, dans un contexte non inflationniste et de maîtrise du déficit budgétaire. Toutes analyses faites, le déficit budgétaire pour la gestion 2019 devrait se situer en dessous de 3%, prescrit par les critères de convergence de l’Uemoa et conformément au programme économique et financier conclu avec le Fonds monétaire international. Conformément au projet adopté, les ressources du budget de l’Etat pour la gestion 2019 connaîtront une hausse de 8,9% par rapport à 2018. Ainsi, l’amélioration des recettes budgétaires ainsi projetée s’accompagne d’une politique de sécurisation des recettes à travers  la dématérialisation des procédures de recouvrement et l’interconnexion des bases de données des contribuables en ce qui concerne la fiscalité intérieure et la fiscalité de porte, le renforcement des mesures visant un meilleur rendement de la Taxe sur la valeur ajoutée (Tva) et de celles liées à la généralisation des caisses enregistreuses,  le renforcement des capacités d’investigation et d’intervention des brigades anti-fraudes, la mise en place d’une politique d’appréhension, de sécurisation et d’orientation vers le budget de l’Etat des revenus collectés par les administrations autres que les régies financières. S’agissantdes crédits ouverts au titre du budget de l’Etat pour la gestion 2019, ils seront orientés vers la consolidation des dépenses d’investissement et le renforcement des programmes sociaux. C’est dire que les perspectives s’annoncent bonnes pour l’année 2019. Ce projet de loi de finances 2019 s’inscrit dans la droite ligne de la mise en œuvre du Programme d’actions du gouvernement. Les nombreuses mesures sociales qui figurent dans le projet de loi de finance 2019 seront exposées et expliquées au moment opportun afin de permettre à tous de voir que le gouvernement de la rupture est résolument tourné vers le social. Pour la gestion 2019, le gouvernement entend consolider les acquis sociaux et accélérer la mise en œuvre des projets structurants. A ce titre illustratif, les cantines scolaires qui constituent un projet social est aujourd’hui à un tauxde couverture de 31%. En 2019, la couverture des écoles primaires passera à 51% dès cette rentrée scolaire, au lieu de 2021 prévu initialement, soit plus de 500.000 enfants pris en compte. C’est dire qu’au moins la moitié des enfants inscrits dans nos écoles primaires publiques aura désormais accès à des plats chauds et équilibrés sur-place dans le cadre scolaire. La charpente du projet de loi de finances adopté par le gouvernement atteste de la crédibilité des options du Président Talon et conforte sa vision telle qu’établie dans le Programme d’actions du gouvernement. Et c’est le panier de la ménagère qui s’en porterait mieux pour le bonheur des Béninois.

A.N. A.