Spread the love
boni-yayi-2
Le pdt Yayi très révolté

Le président Yayi Boni est décidément révolté contre ses adversaires politiques. Au cours de sa rencontre avec les acteurs de la filière coton, le mardi dernier dans la salle d’alphabétisation de la ville de Parakou, le chef de l’Etat s’en est pris à certains politiciens. « Ceux qui disent que je suis fini se trompent ». Yayi Boni est là !

Les propos de Yayi Boni qui pourraient passer comme une boutade, doivent être pris au sérieux car cela vient de la bouche d’un chef d’Etat. Comme pour répondre à des détracteurs, Yayi Boni rappelle qu’il n’est pas fini. Quoi de plus normal lorsqu’on a encore le souffle de vie. Mais, dans le contexte actuel, cela sonne comme un avertissement. « Ceux qui disent que je suis fini se trompent. Yayi Boni est là ! Je suis président ! Et, je suis président et je ferai face à mes obligations vis-à-vis de vous » a déclaré le chef de l’Etat qui a poursuivi en ces termes : « Autrement, même si vous n’élisez aucun député, vous leur donnez des députés, le 26 avril 2015, vous serez obligés de continuer de boire de l’eau. Vous avez besoin de l’énergie, de l’électricité, des routes ». Par la même occasion, Yayi Boni a informé que la politique est cruelle mais il faut la faire de manière saine. Le week-end dernier à Kandi, les ténors de l’Alliance ‘’Soleil’’ avaient été très critiques envers le régime actuel. A l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la femme, le président de l’alliance n’est pas allé de mains mortes pour fustiger quelques agissements du régime. Comme sur un ring, la réponse n’a pas tardé. Selon Yayi Boni, il n’est pas fini. Des analystes politiques ont estimé que ces propos du premier magistrat, patron de la coalition Fcbe annoncent une campagne électorale très rude pour les législatives prochaines. D’autres, par contre, conseillent au chef de l’Etat de se mettre au-dessus de la mêlée et de considérer qu’il reste le garant de l’unité nationale. Ces réactions que d’aucuns jugent « peau de fleurs » ne sont pas de nature à faire régner la paix et l’unité nationale que Yayi Boni appelle souvent de ses vœux. Peut-être, que le chef va bondir autrement, préviennent nos sources.

 Clément Dognon (Br Borgou-Alibori)