Spread the love
louis-vlavonou
Le député de l’Un, Louis Vlavonou, avocat de l’Exécutif

Le député de l’Union fait la Nation, Louis Vlavonou, était, hier dimanche 20 dimanche 2016, sur l’émission Zone franche de Canal 3. Pour ce leader politique, la barque de la Rupture tient bon et n’est pas prête à chavirer.

La récente brouille a donné des idées à beaucoup d’observateurs. Pour certains, Sébastien Ajavon serait sorti de la grande famille de la Rupture et s’identifierait déjà comme l’opposant numéro 1 de cette coalition pour laquelle il s’est battu. Cette lecture n’est pas celle de l’invité d’hier qui pense que tout ceci n’est que vue de l’esprit. Pour Louis Vlavonou, Sébastien Ajavon fait partie intégrante de la grande famille de la Rupture. « Personne n’a intérêt à ce que Sébastien Ajavon soit un opposant. Il n’y aura pas d’opposant dans la Rupture. Il y a des gens qui sont normalement destinés à l’opposition et ceux-là se connaissent », a-t-il fait savoir. Par rapport aux rumeurs faisant état de promesses politiques non tenues entre le géant de la volaille et le chantre de la Rupture, le député de l’Un a été clair. Pour Louis Vlavonou, le sport favori en politique est la non-tenue des promesses. Chaque acteur doit en ce qui le concerne, s’entourer de garanties suffisantes afin de ne pas se laisser berner. Sébastien Ajavon a-t-il été suffisamment prudent sur ce point ? L’invité Politique pense que non. Il lit une forme de naïveté politique qui a joué en sa défaveur. « Yayi a promis, mais n’a pas tenu. Quand on dit qu’on a promis des choses à Monsieur Ajavon et que cela n’a pas été tenu, c’est parce que certainement il y a cru sans s’entourer des garanties nécessaires. Je trouve qu’il a été naïf. Maintenant, il est à une école », a-t-il fait savoir. Par rapport à l’atmosphère sociale faite de plaintes et de récriminations, le député a invité le peuple à un peu plus de patience. Il trouve que les réformes opérées vont dans le sens d’une redistribution optimale de la richesse nationale. « Le problème qu’on a depuis des années,  c’est celui de la redistribution de la richesse nationale. La richesse était dispersée pour servir des intérêts personnels. Ce qui se fait actuellement, c’est de ramener tout ce qui est dispersé dans la cagnotte commune afin de la redistribuer. Ceci prendra un peu de temps et demandera un peu de sacrifice », a-t-il fait savoir. Au sujet de l’affaire Segub, l’invité a estimé qu’il faille faire confiance à la justice. Toutefois, il a invité le gouvernement à aller plus loin et étendre les audits à la période avant 2012. Il l’a aussi invité à fouiner dans les nombreuses affaires que sont Ppea 2, machines agricoles et autres avec méthode et sans partie pris.
 « Je ne sais pas ce qu’il met dans consultations »
 Au cours de sa dernière sortie le Chef de l’Etat a abordé la question de la révision de la constitution. Il a souhaité une large consultation, mais le député de l’Un dit ne rien comprendre de l’initiative du numéro 1 du Bénin. Pour Louis Vlavonou, la procédure en matière de révision constitutionnelle est suffisamment claire et n’a prévu à aucun moment une quelconque consultation. Il demande que le projet soit envoyé à l’Assemblé afin qu’il soit étudié selon les procédures constitutionnelles. « Je ne sais pas ce qu’il met dans la consultation. La constitution ne reconnait pas la consultation. La procédure est claire dans la loi fondamentale. Il faut qu’il nous envoie le projet pour qu’on sache ce qu’il y a dedans. Tout le monde est d’accord sur l’opportunité de la révision. Maintenant, il faut qu’on sache ce que cela contient », a-t-il fait savoir. 
 HA