Spread the love

anlcLe mardi 11 août 2015 s’est tenu, à l’hôtel du port de Cotonou, un atelier de réflexion auquel a pris part les membres de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc) et les responsables des juridictions. Cet atelier qui a pour thème « Anlc – Justice et lutte contre la corruption : défis et perspectives » a connu la participation de tout le gratin de la justice béninoise. En souhaitant la bienvenue aux participants, le président de l’Anlc, Guy Ogoubiyi, a fait l’état des lieux quant aux dossiers de corruption transmis à la justice. Pour lui, la détermination de poursuivre n’est pas largement partagée par ceux qui doivent prendre la décision et cela est de nature à décourager. « Le présent atelier devra amener les participants à explorer toutes les possibilités pour plus d’efficacité dans l’éradication de l’impunité », a-t-il souligné. Le représentant du ministre de la Justice, Denis Ogoubiyi, a estimé qu’il urge que les acteurs de la chaîne de répression soit en parfaite symbiose pour une lutte plus efficiente de la corruption au Bénin. Pour finir, il a invité les acteurs de la justice à saisir cet atelier de réflexion pour vaincre l’impunité au Bénin. Après cette cérémonie d’ouverture, place a été faite à la première communication présentée par Jacques Hounsou, juge au tribunal de première instance de première classe de Cotonou. Dans son développement, il a apporté des clarifications quant au classement des dossiers sans suite, parfois, par le parquet pour insuffisance de charges malgré les preuves existantes. Pour lui, il urge d’encadrer le pouvoir du juge d’instruction afin qu’il ne soit plus l’homme fort de la justice. Pour finir, il a émis le vœu que l’Anlc et les acteurs de la justice instaurent un dialogue permanent, gage d’une lutte efficace contre la corruption au Bénin.

Nelson Avadémey