Spread the love

Ivoires juilletLa Justice joue de plus en plus sa partition dans la lutte contre la criminalité faunique. En juillet 2018, des 17 trafiquants appréhendés et jugés pour détention et commercialisation illégales des trophées d’éléphants, 15 ont écopé de condamnation ferme au regard des dispositions de la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin et de son texte d’application. 

Durant le mois de juillet, le Tribunal de Parakou a ouvert le bal avec 3 des 5 trafiquants condamnés à 24 mois d’emprisonnement ferme. Les prévenus sont condamnés solidairement à une amende de 500 000 francs Cfa, et au paiement à l’Etat béninois de la somme de 14 millions de francs Cfa à titre de dommages-intérêts. Au Tribunal de première instance de Cotonou, aucune indulgence n’a été accordée aux 6 trafiquants d’ivoires à la barre. Ils ont tous été condamnés à 3 mois d’emprisonnement ferme. Chacun des trafiquants doit payer une amende de 50 000 FCfa. Ils sont tous condamnés à 5 millions de FCfa de dommages-intérêts. Le Tribunal de Ouidah pour sa part, a rendu sa décision le 23 juillet 2018 pour une affaire qui date de décembre 2017. Les 6 criminels ennemis de la faune dont un roi ont été tous condamnés à 24 mois d’emprisonnement ferme. Chacun d’eux doit payer 500 000 FCfa d’amendes. Ils doivent verser 10 millions de FCfa de dommages-intérêts. Quant aux prévenus de Ouidah, ils jouissent toujours de leur liberté. Les structures compétentes doivent les retrouver pour qu’ils répondent de leurs actes car force doit rester à la loi. Pour rappel, outre les peines privatives de liberté, ces 15 trafiquants doivent payer plus de 30 millions de francs Cfa à l’Etat pour avoir porté atteinte à la biodiversité et tué des éléphants que le gouvernement avec l’appui technique du programme Appui à l’application des lois sur la faune et flore au Bénin (Aalf-Bénin) se bat pour en assurer la protection.

SA