Spread the love
Pg-cybercriminalite
Les Pg et le Dspr face à la presse

(456 interpellations et des condamnations)

Le vendredi 20 avril 2018, le Procureur général près de la Cour d’appel de Cotonou, Emmanuel Opita, accompagné de ses pairs d’Abomey et de Parakou ont donné une conférence de presse dans les locaux du Ministère de la justice. Objectif, faire le point des arrestations effectuées lors de la lutte contre la cybercriminalité.

La lutte contre la cybercriminalité au Bénin depuis quelques jours est une réalité. En effet, depuis quelques mois, il a été constaté une recrudescence du phénomène de la cybercriminalité. Face à cette situation, la Police républicaine a lancé l’opération Rambo pour mettre hors d’état de nuire ces escrocs. La moisson est très bonne et augure de bonnes perspectives. Emmanuel Opita, Procureur général près de la Cour d’appel de Cotonou a déclaré que l’Office central de répression de la cybercriminalité a interpellé 158 personnes depuis le début de l’opération. Dans le même temps, la Direction départementale de la Police républicaine de l’Atlantique a interpellé 110 tandis que l’Ouémé a réussi à mettre la main sur 113 et le Couffo 11. Les services de la Police républicaine du département du Zou ont mis la main sur 25 personnes, 3 escrocs sont arrêtés dans les Collines, 14 dans le Borgou, 2 dans la Donga et 20 dans le Mono. Soit un total de 456 personnes qui ont été appréhendées dans le cadre de la lutte contre l’escroquerie via internet. Le point fait au niveau des parquets généraux montre qu’il y a 9 procédures qui sont déférées devant les chambres de flagrant délit et les cabinets d’instruction. 30 autres personnes sont poursuivies dont 25 sont actuellement en détention préventive dans les maisons d’arrêt et 5 ans mandat de dépôt. Les cas de flagrant délit connaîtront leurs audiences pendant les mois de mai, juin et juillet. A en croire Pierre Dassoundo Ahifon, procureur général près la Cour d’appel d’Abomey, un cas grave a été constaté à Abomey. C’est l’assassinat commis par un cybercriminel sur sa copine dont le  sang a été recueilli pour être donné à  un fétiche dit Kinninsi. « Au niveau du parquet de Lokossa, trois affaires sont en cours avec 14 personnes poursuivies dont 10 en détention et 4 sans mandat de dépôt. Elles sont accusées d’escroquerie en bande organisée et encourent une peine allant de 10 ans à 20 ans de prison », a-t-il affirmé. Pour ce qui est du parquet de Parakou, 17 personnes sont placées en détention. Au niveau du tribunal de Ouidah, 19 escrocs sont poursuivis dont une, déjà condamnée. Concernant les peines déjà infligées aux cybercriminels, Emmanuel Opita a affirmé que les cybercriminels ont été condamnés à 36 mois de prison par le tribunal de Ouidah. A Cotonou, d’autres ont eu une peine de 60 mois de prison. C’est pourquoi les parents ont été invités à prendre une part active dans l’éducation de leurs enfants afin que les jeunes cessent d’avoir du penchant pour le gain facile.

 Armel Nelson Avadémey