Spread the love

metonouLe procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Première Classe de Cotonou, Mario Mètonou a organisé, mercredi 23 janvier 2019, une séance de travail avec le maire de Cotonou et les Polices municipale et républicaine. L’objectif est de renforcer la veille en matière de lutte contre la corruption dans la capitale économique.

La détermination du procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Première Classe de Cotonou pour l’assainissement de la ville de Cotonou n’est plus à démontrer. Après les premières actions et plusieurs interpellations, Mario Mètonou veille au grain. Il entend mettre à sa disposition tous les moyens pour arriver à bout de sa mission. Pour ce faire, il a échangé avec le maire de la ville de Cotonou et les différents acteurs impliqués dans la lutte contre la pollution sur son territoire de compétence en vue de prendre de nouvelles résolutions pour atteindre son objectif. Mario Mètonou a examiné avec le maire Isidore Gnonlonfoun et certains de ses collaborateurs, le directeur de la Police municipale, le Commissaire central de Cotonou et le Commandant de la Brigade de Protection du Littoral les nombreux aspects relatifs à l’environnement et plus particulièrement la situation d’insalubrité qui sévit dans la ville de Cotonou. Suite au constat qu’après les premières poursuites, une accalmie a été observée dans les atteintes à l’environnement, le procureur et le maire ont relevé que depuis quelques temps, les actes d’incivisme ont repris de plus belle. Les différents chefs d’unité ont reçu des instructions fermes de la part du procureur pour renforcer la veille. Une brigade tripartite (Police républicaine, Brigade de la protection du Littoral et Police municipale) a été installée au cours de la séance. Cette brigade se chargera de la veille permanente dans la ville. Avec ce dispositif, le procureur passe à la vitesse supérieure avec les mesures répressives conformément textes en vigueur sur l’environnement. Le procureur a également fait cas de la lutte contre la pollution sonore et les différentes formes d’actes de vandalisme que subissent les infrastructures routières dans la ville du fait de l’incivisme de certains usagers, notamment les conducteurs de gros-porteurs. Cette séance de travail s’est déroulée en présence des substituts du procureur.

 AT