Spread the love

tobacco-2692246_960_720La communauté internationale célèbre ce jeudi 31 mai 2018 la journée mondiale sans tabac. Une édition placée sous le thème : « cardiopathie et tabac » pour rappeler les risques  sanitaires liés au cœur, qu’encourent ces personnes qui consomment le tabac.

Le taux de  prévalence de la consommation du tabac  selon les enquêtes du ministère de la santé est en hausse chez les adolescents et en baisse chez les adultes. La journée mondiale sans tabac se célèbre cette année dans un contexte où le Bénin dispose déjà d’une législation pour réglementer la production, la commercialisation, la consommation du tabac et de ses dérivés. Les acteurs de lutte contre le tabac n’attendent que la prise des décrets d’application par le gouvernement. Des actes qui interviendront sous peu fait savoir Rémi Kpognlangnin, chargé des programmes de l’Ong industrie pour l’éducation et le contrôle du tabagisme. « La collaboration de la société  civile et le ministère a permis le recrutement d’un consultant qui à proposer deux drafts de décrets. Le ministère a pris à bras le corps l’activité en mettant en place un comité composé de différentes parties à savoir le ministère de la santé, du commerce, de l’intérieur, de la décentralisation. Plusieurs rencontres ont permis d’amender les propositions du consultant. La dernière rencontre a permis la validation des deux drafts. On pourra dire que nous avons déjà deux décrets validés dans une approche participative. Bientôt, ces décrets seront adoptés en conseil des ministres » a précisé Rémi Kpognlangnin. Au Bénin, malgré le combat que mène, la société civile contre le fléau, une autre forme de consommation du tabac communément appelé la chicha prend de l’ampleur déplore Rémi Kpognlangnin. « Quand vous voyez ce que la jeunesse fait de cette forme de consommation aujourd’hui, c’est horrible. Tout le monde sait ce que représente le cœur. Si nous voulons vraiment bâti le Bénin, nous devons préserver nos cœurs en nous éloignant du tabac » a-t-il conclu.

Marcus Koudjènoumè