Spread the love
abt 2018
Abdoulaye Bio Tchané a donné le top du Pmsd à Ouaké

Le Projet de renforcement de la résilience des moyens de subsistance ruraux et du système de gouvernance national et infranational face aux risques climatiques et à la variabilité du climat au Bénin (Pmsd) a été lancé à Ouaké le samedi 10 février 2010. C’est en marge de sa tournée dans le cadre du Ravip que Abdoulaye Bio Tchané, ministre d’Etat chargé du Plan et du développement a présidé la cérémonie.

A travers ses trois composantes, le Psmd vise à renforcer les capacités des municipalités, des départements, et de tous les ministères concernés, à intégrer les risques et possibilités liés aux changements climatiques dans les processus de planification du développement et de budgétisation. De même, il vise à réduire la vulnérabilité des communautés ciblées, aux impacts négatifs du changement climatique, par la formation technique et des investissements intelligents dans les infrastructures de production agricole et de gestion de l’eau. Enfin, il s’agira d’améliorer les capacités d’adaptation des collectivités ciblées, par l’appui à la diversification de leurs activités génératrices de revenus.

Selon Adama Bocar Soko, Représentant résident adjoint du Programme des nations unies pour le développement (Pnud), de façon globale, le présent projet vise à soutenir une agriculture résiliente, à mettre en place des moyens de subsistance durables et à intégrer les considérations relatives aux risques climatiques dans le processus de planification à l’échelle nationale et locale, afin de réduire la vulnérabilité des communautés face aux effets néfastes des changements climatiques.

Ce projet, a précisé le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané « est proprement aligné sur le programme d’actions du gouvernement ; car au cœur des préoccupations du gouvernement et du reste du monde aussi se trouvent les effets néfastes des changements climatiques de plus en plus perceptibles. Il est moulé dans l’esprit de développement des pôles régionaux de développement agricole et de promotion des filières agricoles phares. Egalement, il est parfaitement en arrimage avec les piliers 2 et 3 du Programme d’Action du Gouvernement. » D’un coût global de 34.950.000 Dollars US  financé en partie par le Fonds pour l’environnement mondial (Fem), le Pmsd couvrira 5 Communes du Bénin dont Ouaké, Savalou, Bohicon, Bopa et Avrankou, a laissé entendre M. Soko. Assan Sébou, Directeur du Centre de partenariat et d’expertise pour le développement durable (Ceped) a rappelé que c’est le Pnud qui a œuvré depuis 2014 pour l’étude de faisabilité du Pmsd et la mobilisation de ces ressources financières auprès du Fem, avant d’ajouter que « Les types d’ouvrages retenus concernent évidemment la gestion et la maîtrise de l’eau pour l’agriculture et l’élevage ».

« Ouaké, tout comme la plupart des Communes du Bénin, présente une forte dépendance vis-à-vis des conditions météorologiques pour la satisfaction des besoins élémentaires de ses populations. Mais malheureusement, elle est encore l’une des communes les plus frappées par les effets néfastes et pervers des changements climatiques », a déploré Salami Issotina, premier adjoint au maire de Ouaké, avant de remercier le gouvernement du président Patrice Talon et tous les partenaires techniques et financiers pour le choix porté sur la Commune de Ouaké pour l’expérimentation de ce projet à l’instar de plusieurs autres Communes du Bénin.

Le déplacement massif effectué par les populations à l’occasion de cette cérémonie de lancement, témoigne de l’espoir qu’elles placent en ce projet, qui va, améliorer significativement leur quotidien.

 AT