Spread the love

conseilsLe conseil des ministres du 26 juillet 2017 a statué sur le rapport de la commission nationale de vérification de l’authenticité des diplômes. Au terme des travaux plusieurs cas de faux diplômes ont été décelés.
Créée par décret n°90-424 du 31 décembre 1990, la commission nationale de vérification de l’authenticité  des diplômes s’investit dans la moralisation de la vie publique et surtout l’assainissement de l’administration publique. Le gouvernement du nouveau départ avec à sa tête le président Patrice Talon a affirmé sa volonté de lutter contre les faux diplômes, gage du développement du Bénin. C’est dans cette optique que  cette commission a été instruite à vérifier l’authenticité  des diplômes à  Cotonou, Porto-Novo et environs pour le compte du 1er trimestre 2017.  Elle a statué sur le cas de 12014 dossiers. Avec une méthode de travail particulière qui consiste à faire des vérifications contradictoires  en confrontant les données des diplômes en cause avec les procès-verbaux de délibération de jury et autres actes et registres d’inscription et d’admission des candidats, la commission a pu découvrir le pot aux roses des faussaires. Sur les 4189 dossiers qui ont été traités par les structures compétentes, 19 faussaires de diplômes ont été épinglés et 13 personnes déjà auditionnés. Cette lutte farouche contre les faux diplômes montre la détermination du gouvernement de Talon à œuvrer pour une administration de qualité et performante ou les méritants ont droit de cité. Et pour matérialiser cette détermination à lutter contre ce phénomène, le conseil des ministres a ordonné la cessation de payement de salaires et autres avantages aux faussaires, leur  révocation de la fonction publique et ordonné une poursuite judiciaires à leur encontre afin qu’ils répondent de leurs actes. Cette lutte qui est menée sans relâche a de beaux jours devant elle parce que la volonté politique qui faisait défaut autrefois est perceptible aujourd’hui. La commission nationale de vérification de l’authenticité des diplômes a plein-pouvoir pouvoir pour travailler en toute indépendance et transparence. Il y va de la survie du Bénin.

Nelson Avadémey