Spread the love
le préfet Azandé répondra de ses actes
le préfet Azandé répondra de ses actes

Conscient du rôle important de la population en matière de renseignement, le ministre de l’intérieur Placide Azandé à travers un communiqué invite les béninois à se rapprocher des forces de l’ordre pour la dénonciation de tout comportement suspect dans leur environnement. Une contribution des élus locaux, promoteurs d’hôtels, chefferie traditionnelle est vivement souhaité dans ce sens. Plusieurs recommandations ont été faites dans ledit communiqué afin de mettre hors d’état de nuire les divorcés sociaux. Lire ci-dessous l’intégralité du message de Placide Azandé.

Communiqué du Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique et des Cultes

Avec le caractère multidimensionnel et multidisciplinaire de la question sécuritaire, il s’avère nécessaire que les citoyens, principaux bénéficiaires de la sécurité, contribuent à sa production, en évitant des comportements à haut risque. Des comportements vertueux sont attendus de chaque citoyen.
Cette quête de la coproduction de la sécurité publique est d’autant plus indispensable qu’il est impossible aux forces de l’ordre d’être partout pour anticiper sur les actes criminels afin de réduire les occasions de commission des infractions de tous genres. A cet effet, le Ministère de l’Intérieur, de la Sécurité Publique et des Cultes (MISPC) recommande fermement les mesures ci-après :
• éviter de voyager avec beaucoup d’argent;
• les promoteurs d’hôtels doivent enregistrer systématiquement leurs clients et transmettre les fiches à la police ou à la gendarmerie et à se doter dans un délai d’un mois, de scanners;
• tout étranger installé dans un quartier doit se faire enregistrer auprès du chef quartier;
• éviter les opérations financières de grande envergure en dehors des banques et autres établissements financiers agréés;
• respecter strictement les dispositions sécuritaires en matière d’ouverture des agences et d’établissements financiers;
• observer les règles de prudence, surtout dans le cadre des opérations de change;
• collaboration très active de la chefferie traditionnelle, des tenanciers d’hôtels, de bars et de lieux d’hébergements et des transporteurs de tous ordres avec les forces de l’ordre;
• les élus locaux, notamment les chefs quartiers et tous les citoyens, sont conviés à signaler aux autorités en charge de la sécurité tout comportement suspect au niveau des restaurants, hôtels, les lieux de fréquentation du grand public comme les marchés, les places publiques, les lieux de spectacles, les locaux abritant les services de l’administration publique, les frontières terrestres et aériennes, les lieux de cultes…
La mise en œuvre de ce pacte social de collaboration devra concrétiser la nouvelle vision de la sécurité publique dans notre pays, avec en toile de fond, des citoyens responsables en rupture totale avec l’indifférence que nous observons envers les individus suspects qui sont dans nos quartiers et parfois dans nos maisons. Une indifférence qui est également notée à l’endroit des habitations suspectes et des nids de malfrats.
Le moment est venu pour que chaque Béninois et chaque étranger vivant sur le sol national changent véritablement de comportement et affichent clairement des tendances vers la tolérance zéro à l’endroit des individus malfaisants. Nous devons les dénoncer et, dans un élan patriotique et communautaire, dire non à la coexistence coupable avec les divorcés sociaux.
La campagne nationale de sensibilisation pour un changement de comportements et la promotion de la collaboration entre les forces de sécurité publique et les acteurs civils est ainsi lancée.
Le Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique et des Cultes attend que cette campagne contribue à faire de chaque citoyen, dans son milieu professionnel, dans son quartier et dans sa maison, un acteur éveillé et vigilant de la sécurité publique. Qu’il reste attentif aux faits et gestes de ses voisins qui lui paraîtront suspects, et par réflexe, contrecarre toute initiative criminelle en liaison avec les services de police et de gendarmerie.
En tout état de cause, les forces de l’ordre et de sécurité publique sont fermement instruites à l’effet de mettre hors d’état de nuire toute personne qui tenterait de perturber la quiétude des populations