Spread the love
siege mairie parakou a cotonou
La coupure du ruban des locaux des services de la mairie de Parakou à Cotonou

Le maire de la cité des Kobourou, Charles Toko, a mis en service samedi 08 octobre 2017, la représentation de la mairie de Parakou à Cotonou. C’était en présence d’un parterre de personnalités et des ressortissants de Parakou.

Pour le retrait de souches d’actes d’état civil, la délivrance des extraits de casier judiciaire à coût réel, l’établissement de la pièce d’identité ou des renseignements généraux concernant l’hôtel de ville de Parakou, la communauté parakoise à Cotonou et environs n’a plus de souci à se faire. Elle n’aura plus besoin de débourser 15.000 francs Cfa pour le transport. Elle pourra directement se rendre à la représentation de la mairie de Parakou à Cotonou sise à Akpakpa Habitat en face de l’ancien siège du Madep dans le 4ème arrondissement de Cotonou. Tel un développeur hors-pair et un visionnaire aux qualités exceptionnelles, Charles Toko a pensé à leur amoindrir les tracasseries routières et les coûts y afférents en délocalisant les services de la mairie de Parakou à Cotonou. Mais que d’embûches ont parsemé le chemin pour y arriver. Certains ont vu en l’initiative la mauvaise foi des autorités de la ville de Parakou au point de faire échec au projet. «On a frôlé le pire. Cette cérémonie avait été interdite par notre ministère de tutelle. Il a fallu expliquer, réexpliquer, convaincre, donner des garanties de notre bonne foi», a déclaré le maire de la cité des Kobouru. La représentation de la commune de Parakou, a-t-il poursuivi, ne vient pas voler certaines compétences de la ville de Cotonou. Parakou ne vient pas voler les recettes de Cotonou, comme certains se plaisent à le dire.  « Aujourd’hui, les souches des actes de naissance sont les pièces les plus demandées. Pour les natifs de Parakou, il leur faut aller chercher le précieux document à Parakou en déboursant 15000 FCFA pour le transport, sans compter son hébergement, son manger et surtout le risque qu’il court sur un si long trajet», a expliqué Charles Toko.
Les missions de la représentation   
 
La représentation de la commune de Parakou à Cotonou servira d’interface entre Cotonou et Parakou autour de trois missions essentielles. La première mission est de jouer un véritable rôle de représentation de la commune de Parakou auprès de l’administration centrale et des partenaires techniques et financiers. La seconde est d’offrir les services de base à ses citoyens en ce qui concerne essentiellement les actes d’état civil (naissances, mariages, décès) et la troisième consiste à renseigner les usagers sur ce qu’il convient de savoir sur la commune de Parakoule-maire-Toko et les prestations de l’administration municipale. L’initiative de la représentation de la commune de Parakou à Cotonou a été saluée par tous, notamment le directeur de l’Institut français à Cotonou, Jean-Michel Kasbarian, représentant l’ambassadeur France au Bénin qui a formulé le vœu d’installer dans les locaux de la représentation de la commune de Parakou à Cotonou, l’antenne de l’Institut français de Parakou. Pour sa part, le 3ème adjoint au maire de Cotonou, Isaac Aïvodji, a promis mettre un lopin de terre à la disposition de la mairie de Parakou pour abriter les services de la mairie de Parakou à Cotonou.
Odi I. Aïtchédji
Aller au-delà de Cotonou
 
Il apparaît clair aujourd’hui que pour entrer en possession de certains actes d’état civil, certaines populations, notamment celles qui sont nées à l’intérieur du pays, souffrent le martyr. Elles sont contraintes non seulement de parcourir de milliers de Km, mais aussi de passer des jours hors de leurs résidences avant de retirer soit les souches d’actes d’état civil ou les extraits de casier judiciaire à coût réel. Pour ce fait, l’initiative de la représentation de la commune de Parakou à Cotonou est venue à point nommé. Après l’étape de Cotonou, le maire Toko et son conseil doivent investir les autres villes à statut particulier afin de rapprocher les services de la commune de Parakou des populations. En dehors de la capitale économique du Bénin,Porto-Novo et Abomey doivent aussi abriter la représentation de la commune de Parakou. Le maire Toko et tout le conseil communal de Parakou y réfléchissent.
O. I. A.