Spread the love
augustin_ahouanvoebla
Le Pdt du Cos-Lépi Augustin Ahouanvoébla veille au grain

La Lépi sous Ahouanvoébla est passée sans bruit. On n’a entendu ni plainte ni procès du gouvernement, et un beau matin il se présente à la Céna et livre la liste. Personne n’a bougé le doigt pour s’interroger sur la fiabilité de la liste. Bien au contraire, certains pérorent partout en disant que la Lépi est propre. Le Président du Cos-Lépi a la présomption de bonne foi, chat échaudé craint l’eau froide.

Augustin Ahouanvoébla a livré la Lépi. On n’en parle plus, puisque cela fait partie déjà de l’histoire. Bonne ou mauvaise, avec des fautes ou sans, personne ne peut plus désormais le certifier. La Lépi est remise à la Cena depuis un moment. On n’en parle plus, mais est-ce qu’il faut laisser les choses en l’état ? Est-ce qu’il faut pour autant conclure que le produit est irréprochable ? Non, diront d’aucuns. Que faire maintenant ? Fort heureusement, il reste la phase de distribution des cartes d’électeur. A ce niveau, beaucoup d’irrégularités peuvent être encore couvées. Sans bruit, les acteurs, déjà séduits, laisseront passer les déchets. Ç’aurait été l’erreur du siècle. Mais dans la foulée, le Front citoyen pour la sauvegarde des acquis de la démocratiques a réagi. Dans un communiqué, il a exposé un certain nombre d’inquiétudes par rapport aux opérations de distribution de la carte d‘électeur. Pour le Front, de gros soupçons de fraudes pèsent sur les prochaines opérations de renouvellement des cartes d’électeur. En effet, « de quel temps dispose-t-on pour que les inévitables ratés soient corrigés pour ne pas priver de cartes et donc de droit de vote certains de nos concitoyens ? Combien seront-ils à être victimes des dysfonctions réels ou non du mécanisme de distribution des cartes d’électeur ? Tous les départements du pays feront-ils objet des moyens de communication et des mêmes diligences à l’égard des populations pour qu’elles soient informées et viennent chercher leurs cartes d’électeur ? », autant d’inquiétudes au niveau du Front. L’organe politique de veille pense qu’il y a des risques d’impréparations mais aussi une volonté manifeste de jouer sur le temps pour tricher. Le Front a de grosses inquiétudes, la société civile, les partis politiques responsables et les institutions de contre pouvoir ont-ils également les mêmes appréhensions ? Que font-elles pour tout au moins sauver cette phase ? Le silence risque d’être très suicidaire.
Abdourhamane Touré
Pas d’optimisme béat sur la Lépi
En vérité, personne n’affirme pas que la Lépi Ahouanvoébla est comme le machin de Bako à l’origine du mémorable KO de 2011. Personne ne dit, Non plus, qu’elle ne serait pas loin de la liste de Sacca Lafia dont la réalisation a éprouvé les nerfs de tout le monde et pompé les caisses de l’Etat. Le problème qu’on pose est autre. L’on ne doit pas se laisser bercer par un optimisme béat et tirer la conclusion selon laquelle, le travail de l’équipe de Augustin Ahouanvoébla est venu corriger toutes les imperfections contenues dans les précédentes listes. Le faire, c’est aller trop vite en besogne en clamant que c’est déjà une victoire. Et, puis l’assurance avec laquelle les partisans du chef de l’Etat prédisent leur victoire par KO pour la prochaine élection présidentielle éveille de véritables soupçons et laisse croire que la partie est déjà jouée. Si un régime dont la gestion a été catastrophique et dont le bilan annoncé sur les ondes comme positif n’est en réalité que tromperie de l’esprit se permet de crier victoire sans avoir pris part à la compétition, cela sous-entend qu’il prépare une farce électorale. Est-ce avec la complicité du Cos-Lépi ? Ce n’est pas exagéré de dire que tout est possible avec ce Pouvoir qui veut à tout prix garder les commandes du pays. Si nous laissons croire à une telle hypothèse, c’est justement parce que tout s’est passé comme une lettre à la poste. Le Cos-Lépi dirigé par un opposant n’a pas eu des problèmes de financement. Chose rare. Les relations entre Augustin Ahouanvoébla et le ministre de l’Economie et des finances ont été des plus productives pour l’avancement du processus. C’est ce qu’on a souvent souhaité. Mais, venant de ceux que tout le monde connait, c’est matière à réflexion. Tout s’est alors bien passé et la Lépi a été livrée dans des conditions optimales. Est-ce que ce n’est pas du genre tout ce qui brille n’est pas de l’or ? Les interrogations soulevées n’enlèvent en rien à la confiance placée à Augustin Ahouanvoébla, mais elles permettent de savoir s’il n’y a pas anguille sous roche. Puis que pour livrer la Lépi ayant servi à organiser la présidentielle de 2011, Nassirou Arifari Bako a endormi tout le peuple avec ses assurances et son éloquence à présenter les données. Il était vu comme celui qui est venu sauver les meubles après les erreurs de Epiphane Quenum. Le peuple vient d’être rassuré par Augustin Ahouanvoébla, qui, s’il n’a pas été critiqué ou si ses activités n’ont mis les observateurs sur le qui-vive, c’est parce qu’il est considéré comme un farouche opposant au régime. Cela suppose qu’on ne doit pas songer à toute entreprise funeste au profit de ce régime dans le cadre des opérations de la Lépi conduite par Augustin Ahouanvoébla. On veut croire qu’il n’y a eu aucune compromission. Seulement, personne ne sait si les dés étaient déjà pipés avant que Augustin Ahouanvoébla ne s’installe avec son équipe dominée par des représentants du Pouvoir en place. Toutefois, cela ne l’a pas empêché de prendre la présidence. Si personne ne s’interroge sur ces aspects qui ont marqué tout le processus, on risque d’être surpris.
FN