Spread the love

esclavePar l’entremise d’un point de presse tenu mardi 05 décembre 2017 au siège de la mission diplomatique libyenne au Bénin, le Chargé d’affaires de l’Ambassade de la Libye près le Bénin, Busheha Busheha a clarifié et démenti l’existence d’un marché d’esclaves noirs en Libye.
La mission diplomatique libyenne au Bénin a tenu à exprimer la position du peuple libyen à propos des informations faisant état de ce qu’il y aurait un marché d’esclaves noirs en Libye. A l’occasion d’une sortie médiatique qu’il a effectuée mardi 05 décembre 2017 au siège de l’Ambassade de la Libye près le Bénin, le chargé d’affaires, Busheha Busheha a condamné avec la dernière rigueur la diffusion de cet élément. Selon lui, le document ne reflète aucunement la position officielle de l’Etat libyen, ni celle de son peuple et va à l’encontre des valeurs de leur société. Tout en rejetant en bloc la traite des noirs et l’esclavage, il a condamné l’appel à l’attaque et l’état de siège des Ambassades libyennes en Afrique et dans le monde. Busheha Busheha a rappelé que ces Ambassades jouissent de l’immunité diplomatique et a invité les gouvernements de ces pays à veiller à leur protection et à celle de leur personnel. Par ailleurs, il a fait observer que la Libye est confrontée aux problèmes d’immigration clandestine et ses autorités ont invité à l’occasion de plusieurs rencontres internationales et régionales, les Etats concernés à contrôler leurs frontières pour que ces migrants ne puissent plus franchir la Libye qui ne cesse de souffrir du grand flux migratoire du fait de la situation politique qu’elle traverse. Toutefois, le Chargé d’affaires a indiqué que le gouvernement de la Libye, à travers ses services compétents, prendra des dispositions nécessaires pour s’assurer de la véracité des faits et s’ils sont avérés, les auteurs seront démasqués et punis conformément à la loi. «La Libye a une histoire particulière et séculaire dans les relations avec l’Afrique car elle fut le premier en matière de défense des intérêts de l’Afrique», a-t-il déclaré. Les Africains vivant en Libye depuis des décennies, a-t-il rappelé n’ont jamais connu de pareilles difficultés hormis quelques incidents isolés qui sont courants dans tous les pays du monde et même dans les pays développés.

Odi I. Aïtchédji