Spread the love
Le député Issa Salifou Salifou au Fespaco tout comme Michel Gohou exprimant sa satisfaction à la responsable du stand du Bénin

Le Marché international de la télévision et du cinéma africains (Mica) a ouvert ses portes le dimanche 1er mars 2015. C’est le grand pavillon Kilimadjaro qui accueille cet évènement prévu pour durer six jours. Le Bénin expose également son industrie cinématographique à travers un stand qui a été visité par plusieurs personnalités dont l’honorable Issa Salifou.

Lundi 02 mars 2015. Grande affluence dans le pavillon Kilimandjaro à Ouagadougou. Fabricants d’appareils cinématographiques, producteurs de films, distributeurs et acteurs du domaine cinématographe, de toutes origines, prennent d’assaut les stands d’expositions. C’est le grand Marché international de la télévision et du cinéma africains (Mica) qui s’anime. De nombreux stands d’exposition drainent des visiteurs de toutes nationalités. Curiosité sur tel réalisateur, échanges entre les acteurs du cinéma et distributeurs, le Mica constitue un cadre de promotion pour les œuvres cinématographiques africaines. Ce marché est ouvert aux films et aux exposants. Outre la promotion des longs métrages, il assure également celle des vidéos, des courts métrages et séries télévisées. Il faut rappeler que la 24ème édition du Fespaco est placé sous le thème « Cinéma africain : production et diffusion à l’ère numérique. Comme l’a précisé la déléguée artistique de la 17ème édition du Mica, Suzanne Kourouma lors de l’ouverture de ce marché de film, la survie du cinéma africain dépend de la capacité des acteurs à s’adapter à l’évolution des technologies numériques. Il faudra donc préparer les professionnels à être à la hauteur des enjeux des décennies à venir en ce qui concerne les technologies numériques. S’inscrivant déjà dans cette logique, les participants au Mica 2015 font de meilleures propositions aux visiteurs.

 Le Bénin expose son industrie cinématographique au Mica….

 Le Bénin est également présent au Mica 2015 à travers la Direction de la cinématographie. Sur le stand décoré aux couleurs du drapeau national, vous y trouverez les grandes affiches des six films béninois en compétitions, des films produits et réalisés par des Béninois, des prospectus d’informations sur le cinéma béninois. A en croire la responsable de ce stand et Secrétaire administrative à la Direction de la cinématographie, Edwige Babatoundé, la mission assignée à cette institution est de promouvoir l’industrie cinématographique béninoise au Fespaco et sur bien d’autres festivals en Afrique et partout dans le monde. C’est d’ailleurs ce qui explique leur présence à ce grand rendez-vous du 7ème art. « Nous sommes surtout là pour mieux faire connaître nos six films en compétition », explique-t-elle. Le président de l’Association des distributeurs, éditeurs du Bénin, Aimé Houngbadji, connu sous le nom de Vinaim productions est également l’un des animateurs du stand du Bénin au Mica. Il y expose les films béninois produits et distribués par sa structure. « C’est une expérience fabuleuse pour nous de participer au Mica à travers le Fespaco. Nous y faisons la promotion des productions cinématographiques béninoises. Egalement de belles rencontres bien prometteuses pour le cinéma béninois », confie Aimé Houngbadji. Organisé pour la 1ère fois en 1983, le Mica est un grand évènement, un marché de film qui se crée au cours de chaque édition.

 L’honorable Issa Salifou apprécie l’initiative…

« Mes impressions sont très bonnes. J’ai retrouvé quelques amis, une délégation béninoise bien en place. Comme le cinéma des autres pays africains, le cinéma béninois bouge et je suis impressionné par les productions de la jeunesse. Je pense que beaucoup de choses se feront en partenariat avec See Africa. Nous sommes là pour ça et nous y travaillerons. Je demande aux Béninois de suivre l’exemple d’autres pays de la Sous région qui essaient d’améliorer leurs productions et se conformer aux normes en vigueur. »

 De Ouagadougou, Valentine Bonou Awassi