Spread the love

Ravip2L’opposition est une école, et pour être efficace, toute lutte doit s’adapter à son temps.  Et pour cause ! Peu inspirée, l’opposition, ou ce qu’il en reste, multiplie les maladresses. La dernière en date, une marche contre le Recensement  administratif à vocation d’identification de la population (Ravip) vendredi prochain.

Un séminaire de recadrage et de formation s’impose aux opposants des temps modernes. Leur forme d’engagement provoque l’hilarité. N’est pas opposant qui veut,  mais qui a le flair. Tout est question de forme de lutte, mais aussi d’opportunité d’action. Le jeune politique a encore du chemin. Chaque jour qui passe permet de s’en convaincre. Sans bonne information, l’opposant sombre dans le ridicule. C’est justement ce qui est constaté au niveau des opposants actuels qui étalent au grand  jour l’étendue de leur inculture par rapport au sujet Ravip. Quand on n’a pas mieux que le silence, la sagesse conseille de s’abstenir de parler. Le Ravip n’est pas la Lépi. Il faut enfin qu’on le chante chaque jour pour leur permettre de l’intégrer véritablement. Vendredi dernier, ils ont fait boire leur mensonge à des hommes et femmes venus les écouter. En réalité, il s’agit d’une mauvaise blague. Le Ravip n’a pas une finalité électorale comme la Liste électorale permanente informatisée (Lépi). Pour information, il faut conseiller aux « amis » opposants que cet outil révolutionnaire et hautement numérique,  a pour finalité l’obtention d’une carte multi-fonction aux  avantages énormes. C’est un outil qui couvrira les besoins pratiques du citoyen en facilitant l’accès aux services sociaux de base. Avec un peu de recul, on note que leur désinformation n’est pas consciente. Elle est fondamentalement mue par une absence totale d’information tout aussi élémentaire sur ce produit qu’on appelle Ravip. Un aveugle ne saurait conduire un autre aveugle. Aussi bien ceux qui vocifèrent contre le Ravip que ceux qui sont venus les écouter ont tous besoin d’être éclairés. La solution n’est finalement pas de leur jeter la pierre.

 Abdourhamane Touré