Spread the love

martin-assogbaLe président de l’Ong Alcrer invite le chef de l’Etat à saisir l’Autorité nationale de lutte contre la corruption dans les scandales comme ceux de la Cen-Sad ou de machine agricole. Martin Assogba l’a fait savoir dans une correspondance de félicitation qu’il a adressée à Boni Yayi, après le courrier que celui-ci a adressé à l’Anlc lui demandant de se saisir du dossier que la presse a qualifié de « « affaire Aholou Kêkê ». Il s’agit d’une présumée mauvaise gestion que l’ancienne bâtonnière aurait faite des fonds payés à l’État béninois par Cissé. Lire l’intégralité de la lettre de Martin Assogba

Cotonou le 19 mars 2015

A
Son excellence, Monsieur le Président dela République,
Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement
Cotonou
Objet : Lettre ouverte de félicitations
Excellence Monsieur le Président,
Nous avons pris connaissance, avec bonheur, dans les médias du contenu de votre courrier en date du lundi 16 mars 2015 par laquelle vous saisissiez officiellement l’Autorité Nationale de
Lutte contre la Corruption (ANLC) aux fins de se saisir « en urgence » de
l’affaire AHOLOU-KEKE. Cette prompte réaction se justifie, selon les termes de votre courrier, par
le fait que « ces informations qui font état d’une possible mal gouvernance dans la restitution de ces fonds, préoccupent les populations », témoignent de votre souci constant pour la gestion rigoureuse des fonds publics et de votre détermination à défendre sans répit les intérêts du
peuple béninois à travers notamment une lutte implacable et impartiale
contre la corruption sous toutes ses formes.
L’ONG ALCRER qui s’investit depuis plus d’une vingtaine d’années pour la promotion des Droits de l’Homme, de la bonne gouvernance à travers la lutte contre la corruption et la délinquance financière ainsi que del’éducation civique et morale de nos
compatriotes, vous adresse ses chaleureuses félicitations pour cette initiative louable et vous encourage à la renouveler sans hésitation. Dans cette même logique, il nous paraît utile d’attirer votre aimable attention sur des dossiers aussi scandaleux que ceux d’ICC-Services,
machines agricoles, villas CEN-SAD, construction du siège de l’Assemblée
Nationale etc. dont le degré de gravité –criard et autant élevé que celui incriminé- ne fait l’objet d’aucun doute et appelle de votre part une saisine tout aussi prompte de l’ANLC.
Cela est indispensable au regard des interrogations et de l’émoi suscités par ces affaires décriées tout autant par le peuple, pour témoigner du caractère non sélectif de vos actions.
Confiant dans la suite favorable qu’il plaira à votre haute autorité de donner à cette requête, nous vous prions d’agréer, Excellence Monsieur le Président de la République, nos sentiments de profonde déférence.
BONNE GOUVERNANCE
NOUS OBLIGERAIT !
Le Président,
Martin ASSOGBA