Spread the love
Hounkanrin martin
Le politologue Martin Hounkanrin désapprouve la sortie des Fcbe

Le politologue, Louis Martin Hounkanrin réagit suite à la dernière sortie médiatique des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe). Pour l’avocat au barreau du Bénin, leurs analyses et critiques manquent de pertinence, étant entendu qu’ils viennent de perdre le pouvoir. C’était hier sur la radio des défis, Océan Fm.  
« Nous sommes en démocratie. Et en tant que force politique, ils sont libres de s’exprimer à tout moment. Si les Fcbe ont choisi cet instant, je crois que cela relève de l’opportunité politique pour eux. Mais, en tant qu’observateur, j’estime que leurs analyses et critiques manquent de pertinence, étant entendu qu’ils viennent de perdre le pouvoir et qu’ils donnent visiblement une impression d’être totalement divisés, voire éloignés les uns des autres. Une force politique, telle que ses membres le prétendent, devrait pouvoir, à la fin constitutionnelle du délai de leur leader, dégager un autre leader qui, aujourd’hui, devrait être au pouvoir.  En fait, ils sont parfaitement en minorité et leur politique ne plaît pas au peuple. C’est pour cela qu’il y a eu ce changement. Les Fcbe doivent en tenir compte et prendre suffisamment de recul pour faire aujourd’hui des critiques qui, pour ma part, doivent être judicieuses. Cela ne nous avance pas. Ce sont des querelles de personnes et de leadership.
On ne peut pas nier que l’ancienne alliance au pouvoir constitue une force, mais pas une force cohérente qui a une vision vraiment claire puisqu’elle ne représente même pas un parti, mais une coalition. Visiblement aujourd’hui, les Fcbe ne parlent pas le même langage au Parlement. Chacun court pour se protéger, pour essayer de tenir compte de ses intérêts personnels. Tout cela, en revanche, est sans ligne politique.  Je crois que les membres des Fcbe ont intérêt  d’abord à refaire l’unité entre eux et à définir une ligne politique claire et nette. Ils pourront alors faire une critique constructive. C’est cela qui peut leur assurer un bon avenir. Sinon, vous verrez que d’ici deux ans, ils partiront en lambeaux ».