Spread the love

Mathurin-de-ChacusSeul candidat à la présidence de la Fédération béninoise de football (Fbf) avec la liste Bénin football nouveau départ, Mathurin de Chacus était l’invité de la Télévision nationale samedi 18 août 2018. Il a évoqué sa vision projet pour le football béninois. Extrait de l’entretien…

Quelle est votre vision pour la Fbf ?

 Ma vision, c’est de bâtir ensemble un football performant pour grandir notre pays.

 Si vous parlez de football performant, cela voudrait-il dire que les années précédentes, le football n’était pas si performant que ça ?

 On a eu des gens qui se sont battus pour le Bénin. Mais il faut qu’on détecte les vrais talents et non chaque fois aller voir les arbitres, les charlatans… Il faut qu’on arrête avec cette façon de faire et donner une bonne formation à nos jeunes qui peuvent valablement nous représenter. Il faut qu’on aborde les matchs en croyant à la victoire.

 

Sous quel signe placez-vous votre mandat?

 Je vais placer mon mandat sous le signe de la transparence et de la crédibilité de la Fbf. Nous, membres du comité exécutif, sommes des pères de famille. À ce titre, nous devons nous respecter afin de bénéficier du respect de la famille des acteurs du football, mais aussi de toute la population. Je ne vais pas embrigader le pouvoir de président. Je vais libérer, je vais créer des cellules et je vais donner le pouvoir à tous les membres du comité exécutif pour accompagner la jeunesse. C’est sur ça que ma gestion va être basée.

 Vous n’avez pas peur d’être trahi par vos collègues quand vous dites que vous allez décentraliser le pouvoir?

 C’est vrai. Le mot trahison fait partie du quotidien, pas seulement des Béninois mais de l’être humain. La Fbf est une institution de la République. Ce n’est pas ma société. Je ne dois pas conserver tout le pouvoir de la Fédération. Je dois faire confiance aux autres qui m’ont fait confiance en m’acceptant à la tête de cette institution. Donc, ce sont des gens qui savent que je suis une personne de consensus. Il faut que je rassemble tout le monde pour parler d’une même voix. Trahir, ça peut arriver, mais il faut qu’on ait de la hauteur, de la grandeur de faire notre boulot pour marquer positivement l’histoire.

 La question de l’argent a toujours divisé les membres du comité exécutif. Une fois à la tête de la Fbf, quels arguments avez vous pour mettre un point final à cet état de choses?

 L’argent a toujours divisé, pas seulement au niveau de la Fbf même dans les familles, partout. L’argent, ce n’est pas le diable. On en a besoin pour vivre. Mais il faut avoir de la dignité. Moi, Mathurin de Chacus, si je suis élu le 25 août 2018, il y aura une Direction financière. Je vais même demander à mes collègues du comité exécutif de déléguer les pouvoirs de finance à un cabinet, à y mettre de la transparence et à présenter même les comptes toutes les fins du mois dans le journal officiel. La commission des finances au niveau de la Fédération sera accompagnée d’un cabinet comptable pour gérer les sous de la Fédération. Moi, Mathurin de Chacus, je ne serai même pas signataire du compte de la Fédération. Mais, je serai là pour veiller à l’utilisation correcte des fonds des contribuables, même si c’est la Fifa qui envoie parce que le Bénin paie ses cotisations. Je serai là pour veiller à la très bonne utilisation de ces fonds publics.

 Si je comprends bien, vous êtes là pour assainir les finances et donner espoir à la jeunesse et surtout la crédibilité à la Fbf?

 L’assainissement de la Fédération doit commencer par nous-mêmes, les membres du comité exécutif. Il y aura un code de moralité que nous allons faire adopter aux  membres de la Fédération. Nous sommes là pour aider la jeunesse. C’est vrai que nous devons faire pression sur nous-mêmes et moi, j’ai la capacité d’amener les collègues à servir  pour faire grandir mon nom.

 Mathurin de Chacus, vous êtes le président des Dragons Fc et membre du comité exécutif, Pdg du groupe Ofmas, Commissaire aux matches inter-clubs de la Confédération africaine de football, vous êtes un homme très occupé. Auriez-vous le temps nécessaire pour diriger la Fédération ?

  J’ai entendu partout Mathurin de Chacus est très occupé. C’est vrai. Aujourd’hui, le destin m’a choisi pour aller aux élections du 25 août 2018. Le groupe Ofmas a 25 ans d’existence dans les travaux publics. C’est un groupe international bien organisé. Et ce n’est pas une personne qui fait la société mais un groupe. J’ai accepté d’accompagner la jeunesse béninoise et le football. Je me donnerai les capacités et le temps nécessaires pour remplir la mission que Dieu m’a confiée.

 Est-ce que vous avez tapé une fois dans le ballon?

 (Rires)…Je suis né à Cotonou à Tokpa Xoxo qu’on appelle Gbogbanou, en 1960. En 1962, mon père a été affecté à Porto-Novo et j’ai grandi à Attakè. J’ai joué pour le Cemg d’Adjarra, au Stade Charles de Gaulle, les compétitions des collèges, j’ai joué comme attaquant, défenseur au Onze petits pelés (Opp)

 Parlant du stade Charles de Gaulle, c’est vous qui l’avez construit.

 Comme dans la vie, il n’y a pas le hasard. C’est le destin. Et on ne peut s’en échapper. Je suis de Porto-Novo et le destin a voulu que ce soit moi qui réalise ce stade. Je suis fier d’avoir réalisé le plus grand monument sportif pour ma ville et le Bénin.

Est-ce que vous mesurez aujourd’hui l’immensité de la responsabilité qui vous incombe?

 C’est vrai, nous sommes tous des responsables. Mais dans la vie d’un homme, on veut avoir de la dignité. On cherche à grandir. Et je suis sûr que tous les membres de ce comité exécutif vont m’accueillir dans cette mission: faire l’histoire du Bénin positivement.  Ce qu’il faut mentionner, c’est que dans le comité exécutif, toutes les régions sont représentées.

 Le développement du football suppose l’existence d’une direction technique nationale, qu’allez-vous changer?

 Nous allons changer beaucoup de choses pour gagner la confiance des Béninois. Gagner la confiance des Béninois, c’est leur présenter un vrai programme. Dès la première semaine de notre installation, nous allons organiser une réunion pour voir le programme national que nous allons soumettre au comité qui va valider.  Nous allons appeler les délégués, les populations pour essayer  d’apprécier et d’apporter des touches.  Après avoir validé ce programme, nous l’enverrons au gouvernement pour nous accompagner. La Direction technique nationale est primordiale pour la réussite de notre mission. Il y aura une direction technique au sein de la Fédération et les moyens adéquats pour accompagner la jeunesse. Et ce, partout.

 Il y a eu des situations tendues entre la Fédération et des écoles de formation. Sous votre mandat, quelle place sera accordée aux centres de formation?

 Il y aura une commission que nous allons mettre en place pour nous faire des propositions concernant la formation. Sans formation, il n’y aura pas de qualité.

 Source : Télévision nationale