Spread the love

Mahougnon KakpoLes derniers résultats des examens scolaires obtenus par les directeurs d’établissements publics ne sont pas reluisants aux yeux du ministre de l’Enseignement secondaire, Mahougnon Kakpo. Hier mercredi 05 septembre 2018 sur la télévision Canal3, il a imputé la responsabilité aux directeurs d’établissements publics.

Les directeurs d’établissements publics qui ont enregistré de mauvais résultats au cours des derniers examens scolaires ont des soucis à se faire. Leur autorité de tutelle leur promet des heures chaudes. Sur Canal3 hier mercredi, le ministre de l’Enseignement secondaire, Mahougnon Kakpo, a promis de décharger tous les chefs d’établissement ayant obtenu moins de 10% de réussite lors des derniers examens. « Les résultats des examens de fin d’année 2018 au niveau de l’enseignement secondaire ne sont pas reluisants. C’est pourquoi le gouvernement a décidé de décharger tous les directeurs dont les établissements ont moins de 10% », a déclaré le ministre de l’Enseignement secondaire.Selon ses explications, ils sont nombreux ces responsables à avoir moins de 10% et même 00% dans le public. Alors qu’au même moment, certains établissements comme le prytanée militaire de Bembèrèkè ont obtenu 100%. « Nous avons déduis qu’il y a un problème de gouvernance et de recrutement des enseignants au niveau de ces établissements », a-t-il précisé. Le ministre Kakpo a également souligné que les mauvais résultats de ces dernières années ont permis de noter plusieurs dysfonctionnements dans l’enseignement public.Il s’agit, entre autres, d’un manque notable d’inspecteurs et de conseillers, d’un système de recrutement d’enseignements qui fait défaut avec des enseignants dont les profiles ne s’accordent pas avec le terrain. A l’entendre, le système éducatif actuel compte61 Inspecteurs, 499 conseillers pédagogiques pour 4753 enseignants.Or, il faut normalement au moins un inspecteur pour 50 enseignants et un conseiller pour 20 enseignants.Pour pallier ces dysfonctionnements, le gouvernement entend insuffler une nouvelle dynamique à la gestion des établissements publics. Ainsi, le ministre a indiqué que chaque directeur  aura dès l’année prochaine une lettre de mission et si les résultats escomptés ne s’observent pas, il sera déchargé. Un système d’encouragement également est envisagé pour congratuler les meilleurs afin de motiver les autres. « Nous allons travailler à relever le profil des inspecteurs et le niveau des conseillers afin que l’école béninoise puisse retrouver ses lettres de noblesse », a-t-il déclaré. En ce qui concerne la rentrée 2018-2019, il a fait savoir qu’elle va démarrer rigoureusement le 17 septembre 2018. Par ailleurs, il a rassuré les enseignants de ce que les primes de la rentrée seront payées systématiquement après les journées pédagogiques et par virement sur leurs comptes bancaires.

 Donald Kévin Gayet

(Stag)