Spread the love
Djibrile Cissé
La médiation du préfet Djibril Cissé a échoué

Les membres dissidents du Conseil municipal de Parakou étaient hier lundi 5 septembre 2016 à la préfecture de la localité. Le face-à-face initié par le comité de conciliation dans le cadre de la motion de destitution du maire Adam Karim Souradjou a accouché d’une souris. Les deux protagonistes se sont séparé dos à dos.

A cette première séance de conciliation convoquée par le président de ce comité de conciliation, le préfet Djibril Cissé, l’on pouvait remarquer la présence des deux camps protagonistes nés au sein de cette équipe municipale de Parakou. D’un côté, il y a la délégation des conseillers dissidents conduite par son chef de fil, Sam Séïdou Adambi. De l’autre, le 3ème adjoint au maire Judicaël Houndin, le Chef du 2ème arrondissement Sylla Idrissou et le 1er  adjoint au maire Chabi Mama Ibrahim étaient unis, à l’arrivée comme au départ. Le maire actuel de Parakou, Adam Karim Souradjou, était quant à lui, accompagné, pour sa défense des conseillers Mama Razack, Alassane Arouna Idrissou et le Chef du 1er arrondissement de Parakou, Amadou Razack. Après une heure et demi environ de débat dirigé par les membres du comité de conciliation, aucun consensus n’a été trouvé. Le maire Adam Karim Souradjou et les siens auraient balayé du revers de la main les griefs portés à leur encontre par les membres de la délégation des 19 conseillers dissidents de l’équipe municipale de Parakou. La tension aurait même monté. Toutes choses qui creusent davantage la discorde au sein de la municipalité de Parakou. Mais grâce au leadership du préfet, le calme serait vite revenu avant que les deux parties ne se séparent à queue de poisson. La première délégation sortie de cette salle a été celle du maire Adam Karim Souradjou. Mine très serrée et sans s’adresser à la presse, le maire Adam Karim Souradjou a quitté les lieux pour une destination inconnue. Seule la délégation du conseiller Sam Séïdou Adambi s’est prêtée aux questions des hommes des médias. Selon lui, il y a eu échanges, mais chacun est resté campé sur sa position. Mais, a-t-il ajouté, le processus de destitution ira jusqu’à son terme. Pour ce conseiller dissident, la loi a prévu 15 jours pour la médiation et trois ont été déjà grignotés. Mais il ne reste que 12 jours pour constater l’échec de la conciliation, a-t-il lâché avant de poursuivre que la loi a prévu le cas de l’échec de la conciliation qui contraint le maire sans délai à convoquer la session extraordinaire pour le vote de défiance.

Le constat d’échec de la première rencontre par le Préfet Djibril Cissé

A l’issue de cette séance, le préfet du Borgou a, au cours de la rencontre de restitution, confirmé l’échec de cette première séance d’audition des différents camps de conseillers en conflit. Il a reconnu également que les dissidents sont restés campés sur leurs positions. Selon Djibril Cissé, le comité de conciliation a eu, au cours de cette rencontre, un certain nombre d’éléments d’appréciation qui permettent de voir par quel bout tenir pour poursuivre la médiation. Il a confié qu’il espère que les conseillers des deux camps qui se sont montrés disposés à poursuivre la conciliation, feront des concessions afin de permettre au Conseil municipal de faire réellement face aux défis de développement de Parakou.

Hervé Yotto

(Br Atacora-Donga