Spread the love

Herve DassoundoSi dans le fond, l’innovation majeure  du 1er août 2018 reste  le premier défilé de la Police républicaine dans  ses nouveaux attributs, plusieurs touches ont été apportées à l’organisation pour rehausser le caractère attrayant de cette activité. L’Agence nationale des événements culturels et sportifs et des manifestions officielles (Anecsmo), qui était à son premier vrai test a gagné le pari de l’organisation.  Hervé  Dassoundo (photo) et ses équipes n’ont pas fait les choses dans la dentelle. A quelques minutes près, la parade des troupes militaires et paramilitaires a tenu dans le délai d’une heure trente minutes, bien loin des anciens formats où le défilé mettait à rude épreuve la patience des officiels.

La place de l’étoile rouge, lieu traditionnel de ce défilé militaire présentait un visage nouveau et totalement rayonnant. La décoration du site où s’alternait avec brio les images des anciens présidents de la République, le logo officiel du 58ème anniversaire de l’indépendance du Bénin et d’autres slogans rappelant les grands moments de l’histoire du pays, faisait à la fois l’objet de curiosité et d’admiration pour les populations et les autorités présentes. La répartition des différents invités sans accrocs sous les nombreuses tentes aménagées témoignent de la rigueur du protocole. Dans ce décor somptueux et dans cette mise en scène orchestrée avec succès par l’organisation, beaucoup étaient surpris par la fin des manifestations, tant le spectacle donnait l’impression du jamais vu.  C’est sans doute avec ce beau souvenir que les privilégiés de ce défilé sont repartis ; tous sauf quelques-unes des personnalités  qui ont eu la malchance d’emprunter une entrée qui ne leur était pas  ouverte ; d’où l’accès à la tribune officielle leur a été un tout petit pénible. Mais cela reste marginal dans une organisation, qui à elle seule a suffi pour justifier la création d’une agence des manifestations  officielles.

 L’exemple du gouvernement qui doit faire école

Cela a sans doute été occulté par la qualité et la beauté du défilé militaire. Mais il reste l’un des points marquants du 58ème anniversaire de l’indépendance du Bénin. Tous les membres du Gouvernement se sont rendus sur le site du défilé dans un grand bus de l’Etat-Major de l’Armée et sont repartis à bord du même véhicule. Il en a été de même pour les Directeurs Généraux des sociétés et offices d’Etat ainsi qu’une bonne partie du haut commandement militaire. Cette option pleine de symbolisme et d’humilité a facilité la gestion du flux des véhicules officiels à l’arrivée et au départ des autorités. Les présidents des institutions se sont également inscrits dans cette démarche avec des cortèges totalement allégés. La seule fausse note en la matière vient du Président de l’Assemblée nationale dont le cortège était long comme un bras et n’avait rien à envier à celui du Chef de l’Etat. Ce qui a retardé le départ des officiels dont certains ont dû attendre de longues minutes avant de prendre siège dans leurs véhicules. A l’avenir, Adrien Houngbédji gagnerait à aller à l’école de l’humilité des ministres du Gouvernement.

 Abdourhamane Touré