Spread the love

autel-1Le peuple béninois conduit à sa dernière demeure son ancien président, le Général Mathieu Kérékou décédé le 14 octobre 2015 à l’âge de 82 ans. A cet effet, il lui a rendu dans la matinée de ce jeudi 10 décembre 2015, un hommage solennel. C’est à la faveur d’une Messe au Stade de l’Amitié de Kohounnou. Elle est présidée par le Nonce apostolique du Bénin et du Togo, Brian Udaigwe, et concélébrée par plusieurs évêques et prêtres venus des différents diocèses du pays. La cérémonie a connu la présence des chefs d’Etats du Nigéria Muhammadu Buhari, du Niger Mahamadou Issoufou, et du Togo Faure Gnassingbé et évidemment celle du président de la république du Benin Yayi Boni, des membres de son gouvernement. Les chefs de mission Diplomatique et représentants des Organisations Internationales. Les acteurs de la société civile ont également pris part à ce rendez-vous important.

Ganyé-1L’homélie dite par l’archevêque de Cotonou Mgr Antoine Ganyé a été l’occasion pour ce dernier de revenir sur les circonstances du décès du président dans la soirée de ce 14 octobre 2015. Pour la première autorité de la Conférence épiscopale du Bénin, le décès du président Mathieu Kérékou intervenu en ce mois d’octobre consacré à la récitation du Rosaire, constitue un deuil national et fait renaître une partie de l’histoire des fils et filles du Bénin avec le président Mathieu Kérékou. Se référant à la première lecture extraite de la lettre de Saint Paul, il a affirmé qu’elle fait ressortir le sens de la vie de l’homme et de Dieu ; l’homme qui ne vit pas pour soi, qui n’est une propriété exclusive de lui-même : « Dieu est maître de la vie, c’est aussi lui qui donne le salut de l’homme ». De ce fait, il a le devoir de rendre compte à Dieu. Il a également abordé la vie du Général Mathieu Kérékou dont il salue la sagesse : « La sagesse est une vertu chrétienne et primordiale et le président Kérékou a fait preuve de beaucoup de sagesse. Il la détient. Et seul le Seigneur décidera de son sort. Et nos prières consistent à implorer le Seigneur sur cette sagesse afin qu’il l’accueille dans sa béatitude éternelle ». S’adressant à la famille du feu Mathieu Kérékou, consternée par la disparition de l’homme du 26 octobre 1972, il lui a demandé de croire en l’espérance de la résurrection : « Chers parents, vous auriez voulu qu’il reste encore et ne se dérobe pas aux yeux de tous pour ce qu’il représente dans l’histoire politique du Bénin. Mais je vous déclare que vous ne l’avez pas perdu. Grâce à nos prières, il répandra cette paix sur notre pays. Comme Jésus a pleuré Lazare pour exprimer son amour pour lui, pleurez aussi le Général; mais que ces pleures débouchent sur l’espérance. Notre foi est gage d’espérance en la résurrection, d’espérer le revoir à la résurrection. Car Dieu est bon et miséricordieux ». A noter que cette célébration Eucharistique a été également marquée par les mots de remerciement de la famille Kérékou à toute la nation béninoise, les discours des chefs d’Etats du Nigéria et du Bénin et le dépôt de gerbe devant la dépouille de l’illustre disparu.

Léonce ADJEVI