Spread the love
DOGNON
Le regretté Clément Dognon

Le Chef bureau régional du Borgou et de l’Alibori, du groupe de presse « Le Matinal », Clément Dognon, n’est plus. Il a été froidement abattu à l’aube du mercredi 08 décembre 2015 à Parakou, par des individus non encore identifiés.

Clément Dognon, le Chef du bureau régional du groupe de presse « Le Matinal » a été abattu par de vils individus aux environs de 4 heures du matin le mercredi 08 décembre 2015. Avant d’être atteint par les balles et de succomber, Clément Dognon a reçu la visite de présumés voleurs à son domicile sis au quartier Ladji-Farani, derrière le centre « Don Bosco », dans le deuxième arrondissement de Parakou. D’après les témoignages, des visiteurs indésirables, ont tenté d’entrer dans sa chambre par la fenêtre. Les bruits inhabituelle a retenu l’attention, aussi bien de Clément qui était encore couché que de son cohabitant immédiat, Gilles Sarigaté, un journaliste à la Direction régionale de l’Ortb à Parakou. Ce dernier a ouvert la porte et crié au voleur. Du coup, Clément Dognon est sorti de sa chambre et, a rapidement échangé avec son cohabitant sur une telle irruption dans leur concession. Ils ont décidé de faire une inspection dans les alentours de la concession. Une première ronde n’a rien révélé. L’alerte donnée par Gilles Sarigaté a contraint les hors-la-loi à s’en fuir. Mais, pour Clément Dognon, les présumés voleurs devraient encore être dans les environs de leur maisonnée. Il a proposé alors à son confrère Gilles une deuxième ronde. C’est au cours de cette course-poursuite que les auteurs de l’infraction, se sentant certainement menacer, ont ouvert le feu sur le duo qui était à leurs trousses. Les deux hommes qui s’étaient remorqués, ont perdu l’équilibre sur la moto et sont tombés. Clément a déclaré à son ami : « Je suis atteint ». Gilles Sarigaté, malgré ses blessures, se donne la force de faire appel à des secours. Ces derniers les ont transportés d’urgence à la clinique la plus proche dont le plateau technique est très bien équipé. Le médecin de garde les a renvoyés au Centre hospitalier universitaire départemental du Borgou à Parakou. Tout ceci s’est déroulé entre 3 heures 45mn et 4 heures. Au cours de ce transfèrement Clément Dognon qui a reçu les balles des malfrats dans l’abdomen, a rendu l’âme. Le médecin de garde de l’hôpital de référence a constaté simplement le drame et a porté la triste nouvelle aux secouristes. À partir de 4 heures 10mn, les appels téléphoniques ont commencé par pleuvoir. La nouvelle est parvenue à ses responsables de « Le Matinal » à 4 heures 27mn. Comme une trainée de poudre, la nouvelle s’est ainsi répandue au sein de l’opinion publique. C’est la fin tragique d’une vie qui n’aura duré que 48 ans. Clément Dognon, le 5ème d’une famille de 9 enfants, est père d’une fille, étudiante au département de sociologie à l’Université de Parakou.

 Jean-Claude Kouagou

La carte de visite

 Clément Dognon est né le 26 novembre 1967 à Parakou. Il a fait son cursus scolaire dans la même ville avant de s’inscrire en sociologie à l’université nationale du Bénin à Calavi. Mais, très passionné du métier de journalisme, il décide de l’apprendre. Son père Christophe, met les moyens à sa disposition pour accomplir son rêve. Il est alors inscrit dans une des écoles de journalisme de Liège en Belgique. Nanti du diplôme de base des sciences de l’information et de la communication, Clément Dognon, revient au pays dans la ville qui l’a vu naître. Il est recruté consultant en communication à la Circonscription urbaine de Parakou. Il participe, à ce titre, à l’animation du bulletin d’information de l’administration de la ville. Ousmane Batoko qui, à partir du 29 juillet 1988, a été ministre en charge de l’information, crée un journal local à Parakou dénommé « Labari ». Il sollicite les compétences de Clément qui anime avec d’autres confrères le journal. Entre 2004 et 2006, il est Chef d’antenne de la radio Urban Fm à Parakou, faisant partie du groupe de presse « Le Matinal ». Depuis septembre 2014, et ce jusqu’à son décès, il est le chef bureau régional Borgou-Alibori.

J-C K