Spread the love

michelLe président de l’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab) revient à la charge dans le dossier Ppea II. Dans un post sur sa page facebook, Michel Adjaka dénonce l’immixtion du gouvernement dans le judiciaire et le parlementaire.  

« En effet, alors qu’il a, suite à l’examen minutieux du rapport Kroll, saisi la justice pour investigations et l’Assemblée nationale aux fins de la levée de l’immunité parlementaire du député Barthélémy Kassa et de sa poursuite devant la Haute Cour de Justice, sans attendre les résultats des travaux de ces institutions, le Gouvernement continue à travers diverses investigations, reportages radio-télévisuels et délibérations en Conseil des Ministres de rechercher la vérité dans le dossier Ppea II. Ainsi, il ressort du compte rendu du Conseil des Ministres du 17 août 2015 que  » le Gouvernement a poursuivi en interne une enquête sur la question. La Gendarmerie a été instruite pour vérifier l’effectivité des 60 puits du programme qui pose problème. Les investigations de la Gendarmerie ont permis d’identifier 56 puits.

Une Commission du Génie militaire et du personnel du Bureau de l’Auditeur Général est également à pied d’œuvre sur le terrain pour une contre-expertise. »

Cette démarche qui viole le principe sacro-saint de la séparation des pouvoirs est impropre à la manifestation de la vérité. Elle n’est pas de nature à soigner l’image de notre pays sur l’échiquier international. Dans un État de droit, lorsque les institutions de contre-pouvoirs sont mises en branle, le minimum de confiance qu’elles doivent espérer de l’exécutif exige que celui-ci s’abstienne de toute initiative. Bonne gouvernance démocratique m’obligerait ! »

 Michel Adjaka

Magistrat