Spread the love
Michel Adjaka, président de l'Unamab
Le Président Adjaka a foi en la justice béninoise

« Des solutions préconisées par le gouvernement après l’examen du rapport Kroll, il est mentionné au point 9 d’ « instituer un parquet financier indépendant chargé de la lutte contre la délinquance économique et financière. » Je me demande si le rapport Kroll a révélé des dysfonctionnements au niveau des parquets ? Est-ce que le gouvernement sait qu’une telle mesure nécessite la relecture de la loi portant organisation judiciaire alors que le peuple attend de sa part une réaction concrète, immédiate et légale contre le phénomène de la corruption ? Cette solution a été certainement inspirée par l’expérience française du pôle financier. En France, la solution a-t-elle fait recette ? Est-ce que le gouvernement sait que le mal béninois a sa source dans les nominations à problèmes au niveau de la justice, la fraude dans les concours et la politisation exagérée de l’administration publique ? Est-ce que le gouvernement se rappelle que les procureurs de la République n’ont aucun problème et que, lorsque ceux-ci tentent de faire leur travail, ils font l’objet, de sa part, d’affectations punitives ? (Cf. le relevé des dernières nominations de magistrats en Conseil des ministres). A supposer que le gouvernement ne change de vision en matière de nomination, notamment des magistrats, est-ce qu’avec des affectations partisanes au niveau de ce parquet financier, on ne risque pas de faciliter et de favoriser l’impunité? Le peuple béninois n’a pas encore tout perdu. Il a de la mémoire et sait que son avenir et son devenir se trouvent entre les mains de sa justice. Prenons-en conscience pour ne pas davantage compromettre la prospérité de la postérité. Ce qui est évident, la justice jouera le rôle qui est le sien. Par ailleurs, je saisis l’occasion pour renouveler, à l’endroit du gouvernement, ma demande de saisine de la justice des dossiers de passation de marchés au Cncb, d’acquisition d’engins à la Sobémap, les rapports de l’Inspection générale d’État et de l’Assemblée nationale sur la gestion des fonds Fadec, l’affaire d’acquisition de machines agricoles, les scandales dans les marchés de construction de routes, notamment l’axe Parakou-Djougou (lot 1), Comè-Lokossa-Dogbo et la Bretelle Zounhouè-Athiémè, Savalou-Tchetti-frontière du Togo et Logozohè-Glazoué, Bodjecali-Madecali-Illoua-Frontière du Nigeria (lot 2), Akassato-Bohicon, Maria-Gléta gate, la poursuite des personnes impliquées dans les concours frauduleux annulés, la gestion à la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin, ainsi que d’autres scandales non encore révélés ».