Spread the love
michel-dassi
Michel Dassi (à droite) reçu par Hospice Houénou de Dravo

L’Union fait la nation (Un) envisage de devenir un grand parti politique. A cet effet, elle tient dès le début du mois de mars un Conseil national transitoire. En prélude à cette assise, le président du comité préparatoire, Michel Dassi, était le dimanche 18 février 2018, l’invité de l’émission sociopolitique « Cartes sur table ». A cette occasion, il a décliné les grandes lignes de cette rencontre.

Devenir le plus grand regroupement politique béninois dans le cadre de la réforme du système partisan. Tel est l’objectif poursuivi par l’Union fait la nation (Un) en organisant en mars prochain un Conseil national transitoire. Invité sur l’émission sociopolitique « Cartes sur table », le président du Comité préparatoire, a levé le voile sur les raisons qui sous-tendent la tenue de cette assise. Selon Michel Dassi, la tenue de cette rencontre se justifie par le fait que l’Un voudrait devenir le plus grand regroupement politique. Ceci dans le cadre de la réforme du système partisan prôné par le régime du Nouveau départ. Elle permettra également d’insister sur la ligne idéologique de l’Un et de mettre en place les membres du parti pour les préparer à accepter un Nouveau parti. Toutes les questions seront négociables et relèveront du congrès constitutif du parti dont la date sera décidée au cours de ce conseil national.

 L’Un en phase avec la réforme du système partisan

 Michel Dassi a salué la réforme du système partisan prônée par l’actuel régime.  Il a fait savoir que c’est une orientation que l’Un soutient. Cependant, il a aussi expliqué qu’il ne s’agit pas d’une démarche opportuniste. L’Adn de notre parti, c’est de regrouper les forces politiques parce qu’en 2012, nous avons tenu un conseil et nous nous disions que réformer le système politique peut permettre de mieux gérer le Bénin. Sans réforme du système politique avec 236 partis politiques et 17 alliances de partis politiques pour une population de 11 millions d’habitants, on ne pourra rien faire. Donc, nous sommes sur un chemin que nous avons pris depuis 2012 et c’est heureux que 10 ans après nous soyons encore là pour voir concrétiser cette idée, a-t-il fait savoir. Comme apport à cette réforme, l’invité de Hospice Houénou de Dravo a fait remarquer que l’Un est en train de consulter d’autres partis pour rendre compte à son Conseil national en vue d’obtenir des mandats sur des bases claires pour aller négocier avec les autres. Il s’attend à voir dès l’application de cette réforme à 5 ou 6 regroupement de partis politiques qui, avec leur encrage, peuvent respecter les conditions inscrites dans la charte des partis politiques. Il a pour finir fait savoir que la réforme du système partisan  n’est pas l’affaire des députés seuls, mais plutôt de toutes les forces vives du pays.

 Léonce Adjevi