Spread the love

dussuyerLe sélectionneur des Ecureuils du Bénin, Michel Dussuyer, était face à la presse hier jeudi 30 août 2018 dans les locaux du ministère des Sports. A cette occasion, le technicien français a justifié ses choix dans le cadre du match face au Togo comptant pour la 2è journée des éliminatoires de la Can Cameroun 2019. La mission à lui assignée est de qualifier le Bénin pour une quatrième Can.

Le technicien français est engagé à accomplir sa mission. Celle de qualifier le Bénin pour la Can 2019. Il a partagé sa stratégie avec les hommes des médias. Il a fait appel dit-il, aux meilleurs Ecureuils du moment. C’est sa première rencontre avec la presse depuis son retour à la têt des Ecureuils du Bénin. Ce retour sera-t-il gagnant ? Mais il faudra bien négocier le déplacement à Lomé le 9 septembre prochain. C’est d’ailleurs le premier challenge de Michel Dussuyer. Dans ce cadre, les 21 joueurs à qui il a fait appel sur sa liste rendue publique quelques jours plus tôt, sont les meilleurs du moment, selon lui. « J’ai fait appel aux meilleurs joueurs du moment qui peuvent être performants », a fait savoir le technicien français qui a mentionné qu’en l’absence d’un championnat local, il est obligé de s’appuyer sur les expatriés pour défendre les couleurs nationales. Et là encore, il faudrait remplir une condition minimale pour être en sélection, selon les explications de Dussuyer. S’il n’a fait appel à aucun joueur sans club à l’image d’un habitué comme Djiman Koukou, le sélectionneur a expliqué par contre qu’il faudrait être en « pleine mesure de ses moyens » comme Fabien Farnolle qui n’est pas titulaire dans son club mais qui s’entraîne régulièrement pour venir en sélection. Mais Dussuyer devra faire sans Emmanuel Imorou le 9 septembre. Le latéral gauche souffre d’une élongation à l’ischio-jambier et est donc forfait. David Kiki, blessé, et en attente des résultats d’analyses, est aussi incertain. Revenant sur sa tournée effectuée en Europe à la rencontre de certains binationaux, Dussuyer a rassuré de la volonté de Cebio Soukou et Yannick Aguèmon de venir défendre les couleurs du Bénin, mais ce n’est pas encore le cas de Jules Koundé toujours obsédé par le maillot tricolore. Abordant la rencontre face au Togo, il a confié qu’ « il s’agit d’un derby et ça compte beaucoup, on est conscient et les joueurs sont également conscients que ce sera un rendez-vous difficile même si c’est un match excitant pour les joueurs ». Le regroupement démarre déjà lundi prochain. Ensuite, le groupe aura une séance d’entraînement dans l’après-midi. Evidemment, d’autres séances suivront dans la semaine pour la plupart à huis clos avant que la délégation ne s’envole pour Lomé le 7 septembre dans l’après-midi, où elle prendra ses quartiers. La reconnaissance du terrain elle, est prévue le lendemain après-midi avant le match qui aura lieu dimanche 9 septembre au stade municipal de Lomé sur gazon synthétique à 17 heures, heure locale.

Derrick Cakpo

(Coll)

 Latoundji, Bidé et Roger Propos dans le staff

Au cours de sa sortie médiatique, le sélectionneur national, Michel Dussuyer, a révélé les noms des membres de son staff. Ainsi, Moussa Latoundji sera son adjoint et Jonas Bidé conserve son poste d’entraîneur des gardiens. Agé de 40 ans, Latoundji est un ancien milieu international béninois. Il a entraîné ces dernières années les Dragons de l’Ouémé, l’Uss Kraké et le Centre Mberi sportif (Cms) de Libreville au Gabon. Bidé, lui, est l’actuel entraîneur de Soleil Fc, mais il était déjà présent dans le staff technique conduit par Oumar Tchomogo. Par ailleurs, Dussuyer a annoncé que le Français Roger Propos (photo) assumera le rôle de préparateur physique. Ancien préparateur physique de Fulham, de l’Ogc Nice, du Paris Saint-Germain ainsi que des sélections du Maroc, de la Côte d’Ivoire et de l’équipe de France féminine, l’homme a un Cv long comme le bras. A 64 ans, ce Marseillais qui a débuté dans l´athlétisme avant successivement de passer les diplômes d´infirmier, de sophrologue et de professeur de culture physique, s’offrira donc un nouveau challenge.

 EAB