Spread the love
Le ministre de la santé Alassane Seidou
Le ministre de la santé Alassane Seidou

L’année 2016 n’a pas été de tout repos pour le ministre de la Santé et les Partenaires techniques et financiers (Ptf). Beaucoup d’activités ont été menées en vue de renforcer la performance du système sanitaire. Au cours d’une revue conjointe organisée les 29 et 30 juin 2017 à la salle de conférence de la Cour d’appel de Cotonou, les acteurs sont unanimes sur le fait qu’ils doivent faire le bilan des performances réalisées en 2016 et le point d’exécution du budget au premier trimestre 2017. Egalement, ladite rencontre devrait permettre d’analyser les résultats obtenus ainsi que les principales difficultés rencontrées et d’échanger sur diverses initiatives et priorités du secteur consignées dans le Pag. A l’ouverture officielle, l’autorité ministérielle a rappelé à l’assistance que la présente revue est la première après l’adoption du Pag 2016-2021. Selon Alassane Séidou, le bilan financier de 2016 se chiffre à 69,61 milliards de FCfa. La consommation de ces crédits base engagement se chiffre à 53, 22 milliards de FCfa et base ordonnancement à 47,64 milliards, soit un taux de consommation base engagement de 76,45% et un taux d’ordonnancement  de 68,44%. Cette performance financière a permis de faire d’importantes réalisations dans les domaines des infrastructures, des équipements et du renforcement des ressources humaines. Lesdites réalisations ont été passées en revue par le ministre Alassane Séidou. Elles sont soumises à l’appréciation des Ptf, de la Société civile, des collectivités territoriales pour analyser les principaux goulots d’étranglement et proposer des mesures idoines pour l’année 2017 qui est celle de l’opérationnalisation des Objectifs du développement durable (Odd), de la mise en œuvre du Pag et du Pnds. Marie Heuts, chef de file des Partenaires techniques et financiers (Ptf), s’est réjouie des résultats. Elle a insisté sur la nécessité de repenser la méthode de formation des agents de santé et exhorté les participants à réfléchir sur les problèmes qui minent le secteur.

SA