Spread the love

independance-dayEntre les Conseils communaux sortants et entrants, à qui devra-t-on confier l’organisation des festivités marquant la fête du 1er aout ? La question, a priori, paraît sotte, puisque le peuple, à travers le verdict des urnes, a déjà choisi ses mandants au niveau des communes et municipalités. Mais le hic, c’est la rigueur des délais.

En effet la Commission électorale nationale autonome (Céna) a proclamé les résultats des élections communales le jeudi 16 juillet 2015. Selon l’article 403 du nouveau Code électoral, les nouveaux maires et leurs adjoints doivent être élus au plus tard dans les 15 jours qui suivent l’annonce des résultats de l’élection communale ou municipale. « L’élection du maire et de ses adjoints a lieu lors de la séance d’installation du Conseil communal ou municipal au pus tard dans les 15 jours qui suivent l’annonce des résultats de l’élection communale ou municipale », article 403 du code. En faisant un calcul simple et en comptant les 15 jours à partir du 26 juillet, on serait tenté de dire qu’au soir du 31 juillet, tout doit être déjà fait. Même s’il faudra prendre en compte l’hypothèse selon laquelle tous les nouveaux maires (en tout cas, ceux qui sont élus pour la première fois) soient installés une semaine à l’avance, il sera diffcile d’admettre qu’ils auront le temps matériel nécessaire pour réussir l’organisation pratique de l’événement. L’autre difficulté est que l’élection du Maire par le Conseil ne consacre pas d’office sa prise de fonction. Il faudra, au regard de l’alinéa 1 de l’article 404, que les résultats de l’élection soient rendus public dans un délai de 24 heures par voie d’affichage à la porte de la mairie et soient communiqués, sans délai, à l’autorité de tutelle. Ensuite, poursuit le second alinéa, « les résultats de l’élection sont constatés par arrêté préfectoral publié au journal officiel ». Tout ceci, sans compter avec les recours en invalidation et autres contingences qui pourront peser dans la balance. Les délais sont vraiment stricts et on se demande si tous les nouveaux maires pourront être élus avant le 1er août. A cette allure, il ne serait pas illusoire de noter des mairies sans conseil communal, même après la fête du 1er août. Le fait paraît complexe, surtout quand il faut compter avec les récurrents conflits entre Préfets et Maires élus.

 Le cas spécifique de l’Atlantique-Littoral.

 Les Maires de Cotonou, d’Abomey-Calavi de Ouidah, d’Allada, de Zè et autres seront bientôt connus, mais ils vont devoir attendre le Chef de l’Etat, car les départements de l’Atlantique et du Littoral sont désormais sans préfet. Placide Azandé occupe désormais le fauteuil du ministre de l’Intérieur et son successeur qu’on annonce dans les coulisses croise toujours les doigts. En tout cas, en attendant l’élection du premier maire de l’Atlantique -Littoral, il faut craindre le scénario où Cotonou soit sans maire jusqu’à la veille de la fête du 1er août.

 Hospice Alladayè