Spread the love
sessegnon
Stéphane Sèssegnon est très attendu

En signant à Montpellier, Stéphane Sessègnon (32 ans) a surtout reçu l’onction de Frédéric Hantz, l’entraîneur qui l’a lancé en Ligue 1 il y a dix ans. En effet, le directoire du club héraultais ne misait pas sur lui, mais l’entraîneur a voulu recruter un milieu droit. Louis Nicollin, le propriétaire de Montpellier, s’est fendu, en marge de la présentation, d’un commentaire acerbe à l’attention de sa cellule de recrutement coupable, aux yeux du boss, de ne pas avoir trouvé le défenseur central chevronné (le club a finalement fait signer le Congolais Cédric Mongongu, Ndlr) qu’il voulait. « Je n’aime pas les incompétents, et ils sont grassement payés en plus (…) » a-t-il claironné en substance à leur encontre. Le président héraultais est certainement agacé par les efforts financiers qu’il a fait pour conclure le dossier. Il est vrai que le salaire de Sessègnon à Montpellier est inférieur à celui qu’il touchait au meilleur de sa carrière, lorsqu’il portait les couleurs de Sunderland. A l’époque, le capitaine des Ecureuils gagnait près de 3,5 millions d’euros la saison. Désormais, son salaire est de 70.000 euros brut par mois, mais avec la prime à la signature de 200.000 euros négociée, le total des deux ans de contrats actés avoisinera le million d’euros de gain annuel. Pour le vestiaire montpelliérain, c’est plutôt dans la fourchette haute des salaires des joueurs coachés par Frédéric Hantz. Sachant que le club a augmenté de 10.000 euros par mois sur la fin, l’offre de contrat offerte au joueur, mieux vaudra pour Stéphane Sessègnon qu’il soit à la hauteur de ses prétentions. D’autant que son patron lui demandera toujours des comptes…

E.A.B