Spread the love

coffi-nagoL’émission zone franche sur la télévision Canal 3 de ce dimanche 29 mars 2015, a reçu comme invité le président de l’assemblée nationale, Mathurin Coffi Nago. Au menu des échanges, plusieurs sujets d’intérêts publics ont été débattus par le président de l’assemblée nationale, dont ceux relatifs à son appréciation de la gouvernance de Yayi Boni comme Président de la république du Bénin, et au projet de la révision de la constitution béninoise.

Sur la question de la gouvernance du chef de l’état, le président de l’assemblée nationale, Mathurin Coffi Nago a montré qu’au départ c’était passionnant et qu’il s’était engagé au côté du chef de l’état parce qu’il y avait cru. Selon lui, le fait de s’engager avec quelqu’un crée déjà un partenariat qui exige des règles et des vérités. Il a de ce fait,  montré que cela n’a plus été le cas avec le temps, vu que les règles et les engagements qui exigeaient ce partenariat n’étaient plus respecter et allaient à l’encontre de l’enracinement de la démocratie. Ce qui a créé une certaine crise de confiance. Dès la naissance de cette crise de confiance, le pouvoir en place a voulu le fragiliser de part des déclarations contre sa personne à travers des rassemblements et meeting organisés un peu partout et même jusque dans sa région à Bopa.A l’en croire, cette qualité de la démocratie qui s’est détériorée au fil des années est liée à la corruption, à des comportements de régionalisme, de division, et d’instrumentalisation des uns et des autres.

Pour ce qui concerne la révision de la constitution, le président Mathurin Coffi Nago a fait remarquer qu’il était au départ d’accord pour cette révision et ceci à cause de quelques insuffisances contenues dans cette constitution. Cependant, à l’en croire, vu tout ce qui se faisait par le pouvoir en place, il s’est rendu compte de ce que cette révision de la constitution est opportuniste. Ce qui ne contribue en rien à la paix et donc il est contre cela. Il a également montré qu’il n’est pas de son ressort de retirer le projet de loi portant révision de la constitution. Il s’agit pour lui de la rendre recevable et de l’affecter à la commission compétente des lois. Lequel projet de loi n’a pas été finalement recevable par cette dernière vu qu’au dossier de ce projet de loi n’a pas été joint l’avis consultative de la cour suprême a-t-il ajouté.

Nago confiant pour sa réélection

Pour ce qui est de sa réélection dans la 18e circonscription électorale, le président Mathurin Nago s’est dit confiant. Selon lui, l’opinion et les cadres ont été témoins de beaucoup de choses qui ne concourent en rien à la cohésion de la démocratie. De ce fait, il s’est dit avoir beaucoup de défis à relever en vue de la cohésion, de la paix et de l’enracinement de la démocratie. En fin de propos, le président Mathurin Coffi Nago a fait remarquer que la mission à lui confié à la tête de l’assemblée nationalea été un succès et que cela a permis de mettre en place le processus démocratique, tant cher pour le commun des béninois. Il a donc de ce fait exhorté les uns et les autres à le préserver. Reconnaissant que la tâche des gouvernants n’est pas facile, il, a suggéré que ces derniers se laissent aider, aussi bien à travers les louanges que les critiques constructives. Selon lui, ce qui est fait jusqu’à aujourd’hui n’est pas pour détruire mais plutôt pour aider le chef de l’état à terminer en beauté son mandat. « Tous ceux qui dirigeront ce pays doivent accepter les différences d’opinions parce que c’est très utile pour eux et qu’ils se méfient des regards qui tournent autour du corbeau à la recherche de profit »a-t-il martelé.

Léonce Adjévi