Spread the love

Victor Lawin, dans une démarche sereine a fait adhérer Glazoué au PagDans la perspective des législatives de 2019, Victor Lawin a porté sur les fonts baptismaux le Mouvement pour un Bénin prospère (Mbp). C’était le samedi 20 janvier 2017, à Glazoué, devant un parterre de personnalités et d’invités de marque.

Depuis les indépendances, aucune politique de développement n’a encore  comblé les attentes des populations. C’est dans cette dynamique qu’interviennent  les réformes engagées par le Chef de l’Etat dans tous les secteurs vitaux après un sérieux diagnostic qui impose le chemin à suivre. Ces réformes, constate Victor Lawin, président du Mouvement pour un Bénin prospère (Mbp),  sont portées par un ambitieux Programme d’actions du gouvernement intitulé «Bénin révélé». Sa  mise en œuvre permet déjà  de rétablir progressivement la justice, de redonner confiance à la population, de restaurer l’autorité de l’Etat et d’améliorer les ressources du budget national par la bonne gouvernance.  Dans ce contexte de réformes  généralisées,  Victor Lawin et les siens ont  estimé qu’il faut opérer  un choix et l’assumer bien évidemment. Ainsi, la jeunesse consciente de la 10ème circonscription électorale (Glazoué, Savè et Ouèssè),  ne pouvant plus continuer à végéter dans la  passivité face à la détermination des autorités actuelles, a décidé de mettre en place le Mbp, suite à une large concertation de toutes les couches sociales. Ce regroupement qui se veut un creuset politique et dynamique, capable d’insuffler un vent nouveau dans la conduite et la canalisation des ambitions sur le plan politique, a pour vocation de soutenir les actions du gouvernement en sensibilisant les populations. N’étant plus un novice de la politique au Bénin, Victor Lawin a compris que c’est maintenant que le plus dur commence. A cet effet, il a exhorté ses militants à se mettre résolument au travail pour pêcher ceux qui hésitent. Pour Francis Tchèkpo, président d’honneur du Mbp, le Mouvement pour un Bénin prospère a vu le jour au bon moment dans la mesure où, après la recomposition de la classe politique, il faut que chaque chapelle s’organise pour le combat à venir. Une vingtaine de  partis et mouvements politiques partageant les mêmes idéaux se sont succédé au pupitre soit pour apporter leur soutien au nouveau-né,   soit pour lui prodiguer des conseils allant dans le sens de sa survie sur l’échiquier politique national.

Zéphirin Toasségnitché (Br Zou-Collines)