Spread the love
nicephore-soglo
« Tant que je vis, personne ne peut prendre la Rb »

La décision de 20 membres dissidents de la Renaissance du Bénin de décharger de ses fonctions Léhady Soglo, actuel président du parti, n’a pas plu à Nicéphore Soglo (photo), président d’honneur de la Rb. Dans une interview accordée au Groupe de presse « Le Matinal » lundi 22 mai 2017, l’ancien président de la République a vivement réagi. Lisez ci-dessous, l’intégralité de l’entretien.     

Groupe de presse « Le Matinal » : Comment avez vous accueilli la décision de la réunion d’Abomey qui décharge l’actuel président de la Rb ?
Nicéphore Soglo : Dans aucune civilisation du monde, dans aucune entreprise, on ne peut décider de quelque chose d’aussi important sans s’en référer aux anciens. Moi, j’ai failli laisser ma vie pour la Renaissance du Bénin. Mon épouse a perdu la vue à cause de la Renaissance du Bénin. Et des individus que nous avons accueillis parmi nous se lèvent un jour pour poser un tel acte. Ce n’est pas la première fois. Ils prétendent en notre absence nous convoquer pour nous dire qu’ils décident. Personne ! Tant que je serai en vie, personne ne peut prendre la Renaissance du Bénin. Je jure devant Dieu, les hommes et devant les mânes de nos ancêtres. Quand il s’est agi de combattre la Françafrique, j’étais là. Tous les laquais, les valets de la Françafrique qui travaillent dans l’ombre, ils  n’auront aucune chance contre moi. Je trouve que le peuple est choqué. Je reçois des messages et des gens disent que dans aucun pays du monde ça ne se passe. Quand il y a danger dans un pays, on s’adresse à l’ancien. J’ai eu à intervenir même quand il s’est agi de mon fils, le second, et j’ai pris des décisions. Aucun de ceux qui sont là ne peut s’aligner devant moi.
 Alors, qu’est-ce que vous comptez faire face à cette situation ?
 Ne vous en faîtes pas. Le peuple est là. C’est tout !  Ce n’est pas quelques barons que j’ai aidés à faire élire qui vont m’empêcher de dormir. Mais je suis déçu par certains d’entre eux, parce que là, c’est un manque total de respect, un manque total de considération, un manque total aux règles qui régissent toute société familiale. C’est une honte. Mais ils auront de mes nouvelles. Ça, c’est qu’ils me connaissent mal. Je suis d’une totale intégrité parce que je pense à la Renaissance de l’Afrique. C’est moi qui ai donné le nom de Renaissance à ce parti quand ils étaient tous à plat ventre. Ils étaient où ? Je les mets au défi.
 Pourrait-on avoir une idée sur la stratégie que vous comptez adopter ? À quoi doit-on s’attendre dans les prochains jours?
 Pourquoi voulez vous qu’un chef d’Etat major dise à son ennemi ce qu’il a envie de faire ? Où vous avez vu ça ? Nous sommes là, le peuple est là, le peuple sait que Nicéphore Soglo a failli mourir plusieurs fois pour lui. Ceux qui sont là, qui d’entre eux a mis sa vie en danger pour le peuple ? Et vous croyez que j’ai quelque chose de commun avec ces gens ?
 Propos recueillis par Rachida Houssou
Communiqué final sanctionnant le président
La tenue en 1990 de la conférence des forces vives de la Nation a marqué la fin de la dictature militaro-marxiste et inauguré l’ère de la démocratie pluraliste dans notre pays. C’est dans ce contexte qu’est né notre parti la Renaissance du Bénin (RB), sous la houlette de l’amazone des temps modernes, Rosine Vieyra Soglo, figure emblématique du Bénin et de l’Afrique. Nous saluons encore aujourd’hui sa clairvoyance et sa vision. Sur l’échiquier politique national, la RB s’est imposée très rapidement comme un parti de large rassemblement avec des cadres et des personnes de grande valeur.
La mission essentielle d’un parti politique est la conquête, la conservation et l’exercice du pouvoir d’Etat. La Renaissance du Bénin dès sa création en 1992 a suscité l’engouement et beaucoup d’espoir. C’est ainsi qu’en 1999 bien que ne détenant plus le pouvoir d’Etat, elle a conquis vingt-sept (27) sièges sur quatre-vingt-trois (83) à l’Assemblée nationale dont un député dans le septentrion.
Les contre-performances que notre formation politique connaît depuis quelques années sont légendaires. Elles s’illustrent notamment par une représentativité législative inférieure à 20% avec des reculs très significatifs dans ses fiefs traditionnels. Depuis le dernier congrès du parti tenu en septembre 2010 à Abomey, les choses ne sont guère reluisantes. L’évolution du parti de 1999 à 2015 révèle un affaiblissement incroyable: de 27 députés en 1999 on est passé à 5 en 2015, soit une baisse de 82%. Le président du parti a même échoué dans son propre fief aux élections législatives de 2015.
Les élections communales de la même période ont affiché des reculs importants. En 2003, la Rb a contrôlé toutes les neuf (9) Communes du Zou et affiché une forte présence dans l’Atlantique-Littoral en y contrôlant quatre (4) communes. Mais en 2015, elle n’a pu contrôler que quatre (4) Communes sur les neuf (9) dans le Zou et difficilement deux (02) dans l’Atlantique et le Littoral.
Cette situation de contre-performance relève du mauvais management du parti maintes fois reproché à son Président. 
La gestion des ressources humaines n’est pas l’une des meilleures au sein du parti. Outre les dérives autoritaires du président et les frustrations de tous genres des militants, on assiste à une politique d’exclusion qui émousse les ardeurs et l’engagement des militants. 
La non tenue des réunions statutaires a vite fait de compromettre la transparence dans la gestion du parti qui de 2010 à ce jour reste opaque, autoritaire et solitaire. Même le moral des militants les plus endurants est à son niveau le plus bas. Sous la gouvernance de l’actuel Président, on n’a jamais assisté au moindre compte rendu financier.
 Considérant ce tableau suffisamment sombre et révoltant;
 Considérant les alliances contre nature qui ne cessent de déstabiliser le parti;
 Considérant la correspondance en date du 12 Mai 2017 notifiée par exploit d’huissier à l’effet de convoquer en vertu de l’extrême urgence le Bureau Politique National au plus tard le mercredi 17 mai 2017 à 15h à Abomey, Hôtel Sun City, lieu du dernier congrès;
 Considérant le rejet par le Président de la demande de plus du tiers (1/3) des membres du Bureau Politique national de convoquer une réunion extraordinaire;
 Considérant la banalisation par le Président de notre parti de la convocation du mercredi 17 mai 2017 et de son ordre du jour pourtant très significatif;
 Considérant la défaillance du Président du parti en ce qui concerne la nouvelle invitation à se présenter pour le vendredi 19 mai 2017 à 20 heures 30 minutes à Hôtel Sun City d’Abomey, autour de l’ordre du jour suivant :
 1-Analyse de la vie du parti et recherche de solutions appropriées pour sa dynamisation ;
 2-Divers
 Considérant l’invitation à la réunion extraordinaire du Bureau Politique National en date du 19 mai pour le dimanche 21 mai 2017 avec à l’ordre du jour l’audition du Camarade Léhady V. Soglo, réunion à laquelle l’intéressé n’a pas daigné assister ;
 Considérant les dispositions de l’article 26 des Statuts du parti selon lesquelles le Bureau Politique National est soit convoqué par le Président, soit à la demande du tiers (1/3) de ses membres ;
 Considérant l’article 26 des statuts du parti qui dispose « le Bureau Politique National se réunit en séance ordinaire une (01) fois par mois sur convocation du Président du Parti ;
Il peut tenir une ou des réunions extraordinaires sur convocation du Président du Parti ou à la demande du tiers de ses membres.Les réunions du BPN sont sanctionnées par un procès-verbal »
 Considérant la léthargie dans laquelle végète le Bpn qui ne s’est réuni qu’une seule fois les dix derniers mois.
 Considérant l’article 25 du règlement intérieur du parti qui dispose : « les principes de base du parti sont
o La soumission de l’individu au groupe ;
o La soumission de l’instance inférieure à l’instance supérieure ;
o Le respect de la hiérarchie entre organes et structures ;
o La soumission de la minorité à la majorité. »
 Considérant l’article 28 du règlement intérieur du parti qui dispose, « les mandats des organes et des différentes structures du parti sont fixés comme suit :
Congrès cinq (05) ans
Comité directeur national cinq (05) ans
Bureau politique national cinq (05) ans
Tout autre organe élu par le congrès ou le Bureau Politique National cinq (5) ans
Bureau des comités et sous-comités quatre (04) ans
Bureau des sections quatre (04) ans
Bureau des cellules deux (02) ans;
 Considérant les articles 35, 38, 41, 44 et 46 des statuts du Parti relatifs à la composition, aux domaines de compétences et fonctionnement des structures  de base qui n’existent plus, ne se réunissent plus ou ne fonctionnent plus;
 Considérant que le bureau élu au congrès de septembre 2010 est dans sa septième année d’exercice;
 Considérant les nombreux faits reprochés au camarade Léhady Vinagnon Soglo qui a violé constamment et consciemment les directives et statuts du parti, porté  des préjudices  graves  aux intérêts du parti, négligé de manière grossière ses obligations envers le parti et compromis les intérêts du parti par son dysfonctionnement et une gestion solitaire exacerbée ;
Considérant les délibérations des réunions extraordinaires des 19 et 21 mai 2017 à Abomey;
Nous, membres du Bureau Politique national réunis dans la salle de conférences de l’hôtel Sun City d’Abomey, prenons les décisions ci-après :
le camarade Léhady Vinagnon Soglo  est exclus du parti la Renaissance du Bénin sur le fondement de l’article  72 des Statuts du parti ;
la décision d’exclusion du camarade Léhady Vinagnon Soglo  lui sera notifiée par écrit conformément aux dispositions de l’article 73 des statuts du parti, toutefois, l’intéressé dispose d’un délai de quinze (15) jours pour un recours gracieux au Bureau Politique National, conformément à l’article 74 des Statuts du parti;
le Président par intérim du parti est  le camarde Georges Bada, précédemment  deuxième vice-président, du fait de l’absence injustifiée et prolongée  aux activités du parti de Madame Sikiratou Aguèmon,  1ère vice-présidente, pendant un peu plus de cinq (05) ans;
un comité de onze (11) membres est mis en place  pour préparer le prochain congrès et réconcilier les militants du parti et présidé par le camarade Abraham Zinzindohoué élaborera sans délai une feuille de route des activités du parti à mener jusqu’à l’organisation du prochain congrès  qui doit se tenir dans les meilleurs délais. A cet effet, des sous-comités ou groupes de travail pourront être mis en place.                                                   
le parti reste grandement ouvert à tous ses anciens membres déçus, frustrés ou exclus de manière arbitraire ainsi qu’aux sympathisants et autres personnes qui hésitent à adhérer au parti en raison des pratiques et comportements du désormais ex-président du parti, Monsieur Léhady Vinagnon Soglo.
les quatre (04) autres députés du parti la Renaissance du Bénin préservent le groupe parlementaire dirigé par  la présidente fondatrice du parti, Madame
Rosine Vieyra Soglo.
 
Ont signé