Spread the love
ferreol-brahi
Ferréol Brahi, l’animateur de Foi et partage implore la paix pour les malades

Ils ont retrouvé le sourire ce dimanche, fête de la Nativité. Les malades souffrants du Cnhu ont guéri le temps du passage des membres du Groupe Foi et Partage du Chnu. Il n’y a pas que les médicaments qui sauvent. La  parole de vie est aussi thérapeutique. La communion du dimanche avec les malades du Cnhu a permis de s’en convaincre. Malades,  garde-malades,  personnels soignants, parents et amis ont vécu dans l’allégresse la célébration de la messe de Noël. Dans son homélie, le Père Armand Gangni a insisté sur la nécessité pour le personnel soignant de marquer une rupture avec les anciennes pratiques. Il a souhaité que ce soit la « Noël de la rupture ». Une fête de Noël qui transforme les acteurs de la santé et les amène à donner plus de dignité et d’attention aux malades admis à l’hôpital. Le célébrant a  également exhorté les gouvernants à faire en sorte que la Rupture embrasse tous les compartiments du Centre nationale hospitalier et universitaire (Cnhu) afin que le personnel soignant joue honnêtement sa partition et respecte le malade. « Ayons confiance en Jésus-Christ, le Prince de la paix. N’ayons pas peur. Son nom est béni pour les siècles des siècles », a-t-il dit. A la fin de la messe, les Pères concélébrantsAtolou Dieudonné, Gilles do Santos et Armand Gangni ont souhaité, tour à tour, la paix aux malades, la paix dans les foyers et la paix pour le Bénin. A leur suite, l’animateur du groupe Foi et Partage, Ferréol Brahi, après avoir remercié toutes les personnes de bonne volonté qui ont contribué à la réussite de la Noël des malades du Cnhu, a invité l’assistance ainsi que les personnes ressources présentes à  soutenir les actions de Foi et Partage en direction des malades. « Quand vous donnez avec joie aux malades et nécessiteux, Dieu vous redonne de plusieurs manières », a dit Ferréol Brahi. La messe a été animée par le chœur « Mélodie du cœur douloureux de Marie ». Le Groupe Foi et Partage œuvre depuis plusieurs années à apporter un soutien matériel et financier aux malades démunies du Cnhu. Il est d’ailleurs l’expression d’une cohabitation pacifique des religions, car au sein de ce groupe se côtoient dans la paix et la fraternité des fidèles protestants et de l’Eglise catholique. En début d’après-midi de ce même dimanche, un cadeau et un repas chaud a été offert à tous les malades du Cnhu.

 Lonny Euloge Atindogbé