Spread the love
Talon 2
Le chef de l’Etat attendu pour décanter la situation

Alors qu’ils ont régulièrement déposé leurs dossiers pour bénéficier des allocations estudiantines au titre de 2015-2016, des boursiers de l’Université de Parakou sont toujours dans l’attente. Une situation que déplore leur collectif qui souhaite l’implication des autorités politiques à divers niveaux dont le Chef de l’Etat. Son président Sylvanus W. Dingboe donne ci-dessous plus de détails.
« Depuis deux ans, nos bourses d’études de la rentrée 2015-2016 à l’Université de Parakou-Bénin ne nous ont pas été payées. Or, les listes 7 et 8 dont il est question ont été affichées depuis avril 2017…Nos démarches à l’endroit des autorités du Centre œuvres universitaires  et sociales Parakou (Parakou) et de la Direction des bourses et secours universitaires (Dbsu) se sont montrées vaines jusque-là. Pire, nous faisons l’objet d’un jeu de ping-pong … La Dbsu s’étonne du non-paiement jusque-là,  alors que les listes ont été déjà affichées… car selon elle, à partir du moment où les listes ont été affichées, le paiement doit suivre systématiquement et ne saurait prendre ce temps.  Pour finir, la Dbsu nous fait savoir que le hic est au niveau du Cous-P. Par contre, le Cous-P après avoir indexé la Dbsu plusieurs fois,  nous fait savoir à travers l’Agent Comptable Gilbert Kochori ( désormais ex-Ac car remplacé en fin décembre 2017)  que l’écueil est au niveau du trésor car les dettes sur les bourses s’élèvent à 900.000.000 FCfa ; et que le gouvernement n’a pu payer qu’une partie et la seconde partie est inscrite au budget d’État 2018…  L’Ac comme d’habitude, nous invitait à encore patienter sans aucune précision…

Quelques faits importants

– La gestion des bourses de la rentrée 2015-2016 est de l’ancien système du gouvernement Yayi antérieure aux réformes survenues dans le secteur à compter de la rentrée 2016-2017 et impulsées  par le gouvernement de la rupture… Avant, les fonds étaient virés directement par le Cous-P qui était chargé de nous payer via nos comptes Ecobank une fois les listes affichées… Ce qui fait que le Cous-P, pour le compte du rectorat, prélevait directement   avant tout virement, les 15000francs d’inscription que chaque boursier doit payer… Mais, maintenant les fonds viennent directement du trésor pour tomber dans nos comptes bancaires… Les sous ne transitent plus par le Cous-P.  La conséquence positive pour nous est que nous sommes vite entrés en possession de nos bourses  pour la rentrée 2015-2016,  mais négative pour le rectorat, c’est qu’il n’a pu prélever comme dans l’ancien système ses 15000 francs automatiquement…  Le recteur a été obligé de sortir une note pour dire que tous les boursiers devront payer 30.000francs cette année pour les frais d’inscription (soit pour l’année 2016-2017, et 2017-2018)…. Je voudrais juste faire observer par là que  nous n’avons pas encore perçu les bourses 2015-2016, mais le rectorat a eu ses sous prélevés sur nos bourses…. Moi, j’ai eu la chance de voir les Pv de virements des fonds de la Dbsu au Cous-P par rapport à nos bourses.

– A côté des bourses, ce sont les frais de stage aussi qui souffrent depuis 3ans au moins  C’est beaucoup d’argent (plus de 800.000.000) devant alléger les peines de l’étudiant qui est resté embrigadé… Là aussi, c’est toujours un jeu de ping-pong entre le Cous-P et la Dbsu…

– Les deux principaux responsables de la gestion de nos bourses restées jusque-là impayées ne sont plus aux affaires. L’ancien Dcous-P Armand Natta a été remplacé en 2016 et l’Ac Gilbert Kochori, fin décembre 2017… Alors que ce dernier nous rassurait de patienter.

– Madame la ministre de l’Enseignement supérieur a clamé haut et fort que tous les arriérés seront payés avant le démarrage du paiement des bourses de la rentrée 2016-2017…. Ceci a été corroboré par le nouveau Dcous-P lors de sa séance d’information sur les réformes du système de gestion à tous les  étudiants….
Au vu de tout ce qui précède, nous avons décidé nous unir pour arrêter la saignée et restaurer nos droits. Ainsi, nous avons créé le Collectif des boursiers non payés de l’Université de Parakou 2015-2016 (Cbnpup-16) dont je suis le président. Dans nos nouvelles démarches,  nous avons rédigé des courriers à l’endroit de  différentes autorités du pays pour demander leur implication à faciliter le paiement de nos bourses restées impayées depuis 2 ans. Ainsi 7 Autorités  ont été saisies dont :

– Son Excellence le président  de la République

– Son Excellence le président  de l’Assemblée nationale

– Madame la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique

– Monsieur le ministre de l’Economie et des finances

– Monsieur le Médiateur de la République

– Monsieur le Président du Front des organisations nationales contre la corruption (Fonac)

– Monsieur le Président du l’Autorité  nationale de lutte contre la corruption (Anlc)

Les dépôts de ces différents courriers ont été finalisés depuis le 7 janvier dernier ».

Fait à Parakou, le 25 janvier 2018

Pour le Cbnpup-16
Le président,

Sylvanus W. Dingboe