Spread the love

Jean-Claude HoussouLe leadership du président Patrice Talon a su très tôt détecter en lui, un « orfèvre hors pair » pour ce secteur jadis exsangue mais combien prioritaire et stratégique pour le développement socio-économique du pays. 28 mois des 60 que le peuple béninois a accordé à ce 1er mandat du président Patrice Talon, et  les prouesses sont déjà bien palpables en matière d’énergie électrique.

Les prouesses en tout genre du gouvernement doivent donc se poursuivre, notamment dans le secteur de l’énergie pour consolider les acquis et continuer à égrener la feuille de route fixée par son Patron (comme il aime à l’appeler), le président Talon. Déjà, en 28 mois sur les 60 de ce 1er mandat du Président Patrice Talon, de mémoire de béninois, aucun gouvernement n’a autant fait depuis l’avènement de notre pays à la souveraineté nationale, à travers des faits majeurs et historiques pour le secteur. Depuis son installation officielle, le gouvernement du président Patrice Talon se bat pour offrir aux Béninois un mieux-être économique et social. Et le secteur énergétique y tient une place de choix pour ne pas dire prioritaire. Les signaux sont bons. Très  bons même et le plus dur reste à venir ! Et ce n’est donc pas le moment de dormir sur ses lauriers dans le domaine de l’énergie. C’est pourquoi, dès son retour des congés annuels, le Ministre Dona Jean-Claude Houssou, entend multiplier les actions aux fins de donner plus que jamais, une plus grande visibilité voire  totale à un secteur aussi important pour le Chef de l’État, Patrice Talon et donc pour l’avenir du pays. Mais pour en arriver là, compte tenu de l’ambition clairement affichée par le Chef de l’état, il a fallu prendre rapidement le taureau  par les cornes. Et la nomination dès le 6 avril 2016 de Jean-Claude Houssou au ministère de l’Energie, de l’Eau et des Mines n’est pas un fait anodin. Le Chef de  l’Etat,  en  bon  stratège  et  visionnaire  hors-pair, a su détecter rapidement les compétences qu’il faut, y compris à l’étranger pour garantir la transformation structurelle de l’économie pour l’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens, voulue à travers le Pag, le Bénin Révélé. Il ne s’est donc pas trompé. Car il a su mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Et pour cause!

 Déjà beaucoup d’efforts

 Aujourd’hui, dans le quotidien et le langage des Béninois, le délestage n’existe plus. Ce n’est d’ailleurs qu’un souvenir douloureux. Sans langue de bois, et sans démagogie aucune, il faut reconnaître que   la   fourniture   de   l’énergie   électrique   a   connu   une   nette amélioration au Bénin. Plus de coupures intempestives qui duraient parfois des jours et qui empoisonnaient la vie et les affaires   des   populations   béninoises. En un an, le Bénin a gagné  5 points  dans les indicateurs « Doing business »  de la banque mondiale. Rien que ça et c’est historique pour notre pays depuis l’existence de ces indicateurs de mesure des performances au niveau mondial !  Seules   quelques   courtes   et   éphémères interruptions inhérentes à l’exploitation, la distribution de l’énergie électrique ou au vandalisme ou à l’incivisme sont constatées, ou des aléas liés aux importations d’électricité. Et c’est le moment aussi de louer l’expertise et le savoir-faire du ministre   de   l’Energie   que   le   président   Patrice   Talon est   allé   « rapatrier » de l’Hexagone où  il officiait  précédemment, puisque pétri d’expérience dans le secteur en ayant passé un quart de siècle soit 25 ans chez la plus grande entreprise française d’électricité, Edf (Électricité de France) à différents niveaux de responsabilités et dans différents compartiments du secteur. Après  un diagnostic  profond et sans concession, le ministre Houssou, avec la confiance du Président Talon et le soutien de ses collaborateurs, a mis en place un plan de relance. A   commencer   par   la   location   des   groupes   électrogènes   opérationnels et qui   ont   permis  aux Béninois   de   faire, on s’en souvient, les   fêtes   de   fin   d’année   2016   sans   grandes   difficultés énergétiques, en tout cas avec de la lumière comme l’a exigé dans la feuille de route au Ministre et promis par le Chef de l’état à ses concitoyens. Ensuite, la réhabilitation des anciennes centrales à l’abandon de Porto-Novo, Parakou   et   Natitingou   a   été   entreprise   pour   environ   30   Mw.   Mieux,   la restructuration de  la  Société  béninoise  d’énergie   électrique  (Sbee)  a  été  une option salutaire. Le contrat-plan entre l’état et la société, la Gestion déléguée, la remise de plus de 18 milliards FCfa accordée par l’état, le renouvèlement du Conseil d’administration etc. sont autant de mesures qui permettent à la Sbee de se mettre dans une nouvelle dynamique pour enfin jouer le rôle qui lui est dévolu, en tout cas attendu !

 La voie de l’autonomie énergétique empruntée

 Ces préalables établis, le gouvernement s’est engagé dans la voie de grands projets de construction de centrales thermiques, centrales solaires et de barrages hydroélectriques. En effet, la centrale thermique dual fuel de 120 Mw est en phase de réalisation avancée à Maria Gléta et permettra d’effacer les mauvais souvenirs en mémoire pour cette localité et pour notre pays. Elle va livrer ses premiers kilowattheures dès le second semestre de 2019. Et de sources bien renseignées, une 2ème centrale de capacités similaires sera bientôt lancée sur le même site de Maria Gléta dans la Commune d’Abomey-Calavi. Les énergies   renouvelables  (solaire, biomasse) pour permettre un mix énergétique  responsable pour le Bénin sont   autant   d’initiatives   qui   impactent   déjà   le   quotidien   des Béninois. A l’heure du bilan,   plus   de   760   milliards de  FCfa   sont   prévus   à   cette   fin   dans   le Programme d’Actions  du  Gouvernement   (Pag  2016-2021).  Avec  les  quatre projets phares et structurants en cours, le Bénin va produire à l’horizon 2020-2021 près de 400 Mw. Ce qui lui permet de satisfaire largement les demandes et de se tourner également vers le Marché régional de l’électricité de l’Afrique de l’Ouest lancé le 29 Juin 2018 dernier, à Cotonou sous le leadership du ministre Houssou qui a accueilli pour l’occasion l’ensemble de ses pairs de la Cedeao. Il est d’ailleurs devenu à cette occasion Président en exercice du bureau exécutif du réseau des Ministres de l’Énergie de la Cedeao en même temps d’être le Président du Conseil des Ministres du Gazoduc ouest-africain. A côté de ces projets à court et moyen termes, il a y aussi ceux de la construction des barrages hydroélectriques à vocation multifonctionnelle (électricité, irrigation, gestion intégrée des ressources en eau) sur les sites notamment d’Adjarala, de Dogobis etc. C’est la   preuve   de   la   détermination et l’engagement du   chef   de   l’Etat béninois et   de son gouvernement à sortir définitivement le Bénin de la précarité énergétique. Les résultats encourageants déjà obtenus sont également un motif supplémentaire de motivation et d’encore plus d’implication. Ce qui est sûr, sur les 28 mois des 60 que le peuple béninois a accordé à ce 1er mandat du président Patrice Talon, les prouesses sont déjà bien palpables et cela change déjà la vie des béninoises et béninois. Après deux semaines   de   vacances   gouvernementales,   c’est   plus   que   jamais   le moment de redoubler d’efforts, et de ne pas dormir sur ses lauriers. Le Ministre de l’énergie doit maintenant, comme il en a d’ailleurs l’habitude, se consacrer au suivi  encore plus que rigoureux, des   projets   en   cours,   et   au   développement   du   secteur   des   énergies renouvelables. Car au soir de son 1er mandat de cinq ans, le Président Patrice Talon doit exhiber les réalisations ayant bonifié le quotidien de ses compatriotes. Et le secteur très stratégique de l’énergie électrique y jouera un rôle important.

 AT