Spread the love
Sévérine lawson
Sévérine Lawson

Les passe d’armes entre l’Agent judiciaire du Trésor (Ajt) et l’Honorable Janvier Yahouedéou, continuent au sujet de la polémique « Affaire Icc-services et consorts ». Lors d’un point de presse vendredi 12 juin 2015, au Palais des congrès à Cotonou, Sévérine Lawson, présidente du Comité de suivi de la gestion de la crise, a tenté d’apporter des réponses aux questions posées par le député de la 24ème circonscription électorale.

En attendant que la justice ne statue définitivement sur l’opaque scandale financier,   dans lequel près de 156 milliards de francs Cfa de deniers des ménages béninois sont partis en fumée, les déclarations, accusations et contre-accusations se poursuivent. Suites aux nouvelles accusations portées par le député Janvier Yahouédéou dans un entretien accordé la semaine dernière à la presse au Parlement, l’Ajt Sévérine Lawson, est, à nouveau, monté au créneau vendredi dernier. Comme on devait s’en douter, l’argumentation et la ligne de défense n’ont pas varié. Selon elle, le député Janvier Yahouedéou qui s’interrogeait sur la gestion des 8 milliards de francs Cfa récoltés après la crise, n’a toujours pas apporté les preuves de ses « accusations contre le Chef de l’Etat». Pour Sévérine Lawson, le député n’aurait pas une réelle empathie pour les spoliés, sinon il aurait dû intervenir plus tôt. Elle ajoute par ailleurs, que le rapport indexé ou pris en compte par le député, n’est pas le bon. Selon l’Ajt, il y a eu un rapport provisoire et, un rapport définitif dont ne tient pas le député Yahouedéou dans ses révélations. « Il n’y a aucun rapport récent du Fmi. Le seul, c’est celui de Mars 2011. Les recommandations du rapport ont été bien suivies par le gouvernement. Les fonds dégelés ont été virés, sur instruction du juge sur le compte n°104 243 204 20. Donc, il n’y pas eu de tripatouillages dans le document présenté par l’Ajt », a –t-elle déclaré avant d’inviter le député à se rapprocher du Comité de crise pour avoir d’autres précisions. La ligne de défense de Sévérine Lawson face aux accusations du député, c’est que sur fonds mobilisés, à peine 1 milliard de francs   a été récupéré pour le compte d’Icc-services. Ce sont, ajoute-t-elle, auprès des autres structures que la majorité des 13 milliards a été mobilisée par le Comité de crise. Autant dire, que nous sommes encore loin de la vérité dans la nébuleuse affaire Icc-services. Seules les réponses à la question orale posée par le député permettront de voir un peu plus clair dans l’écheveau les jours à venir.

 Wilfrid Noubadan