Spread the love
bio tchané
Le ministre d’Etat, Abdoulaye Bio Tchané a ouvert les travaux

La Stratégie d’assistance pays (Sap) de la Banque mondiale pour le Bénin couvrant la période 2013-2017 arrive à échéance cette année. Ce qui suggère la formulation d’une nouvelle stratégie. C’est dans cette optique, que le ministre d’Etat chargé du développement, Abdoulaye Bio Tchané, a procédé hier à Azalai Hôtel de la plage au lancement des consultations publiques sur le Diagnostic systématique pays (Scd).

Pour Pierre Laporte, directeur des opérations de la Banque mondiale au Bénin, la rencontre a pour objectif d’analyser les plus grandes contraintes et opportunités que le Bénin devrait prendre en compte pour réaliser le double objectif de réduction de la pauvreté et de partage de la prospérité. A l’en croire, les consultations en cours entrent dans le cadre de la nouvelle réforme de la Banque mondiale, en vigueur depuis le 1er juillet 2014, et qui préconise un nouveau modèle d’engagement de l’institution avec ses pays membres. Un nouveau modèle qui recommande que les stratégies-pays soient désormais préparées en deux phases. D’une part, une première phase qui consiste à faire un diagnostic des principales contraintes de développement du pays, ainsi que les opportunités à saisir par les pays pour réaliser le double objectif de réduction de la pauvreté et d’une prospérité mieux partagée appelée « Diagnostic systématique du Pays-Scd ». D’autre part, une deuxième phase qui consiste à élaborer le cadre de Partenariat qui servira de cadre stratégique pour la préparation de nouveaux projets et programmes en tenant compte des éléments clé du Scd, mais aussi des priorités nationales. En ouvrant les travaux, le ministre d’Etat chargé du plan, Abdoulaye Bio Tchané, s’est dit convaincu de ce que le diagnostic de la situation socio- économique du pays révèlera les contraintes, lourdeurs et pesanteurs qui ont été suggérées par le Programme d’actions du gouvernement (Pag). « Nous n’avons pas de doute que la nouvelle stratégie pays de la Banquemondiale sur la période 2018-2022, visera à doter notre pays d’un cadre de partenariat qui accompagne le Gouvernement dans la mise en œuvre de son Programme d’actions », a-t-il ajouté. Rappelons que les consultations qui ont débuté avec le gouvernement vont s’étendre à d’autres parties prenantes dont l’Assemblée nationale, la société civile, le secteur privé, les universitaires, les syndicats, les responsables communaux, les confessions religieuses et les bailleurs de fonds.

Léonce Adjévi