Spread the love
Patrice A. Talon
Patrice Talon change de méthode

Depuis peu, le président de la République, Patrice Talon, reçoit différentes couches sociales. Il explique ses réformes.  Une nouvelle stratégie qui a  réveillé le  Bloc de la majorité présidentielle (Bmp) de son profond sommeil. Mardi 27 février 2018 à l’hôtel Azalaï à Cotonou, il a donné de la voix en se prononçant sur des sujets d’actualité. Cette nouvelle stratégie du régime s’impose désormais comme un axe de gouvernance face à l’offensive de l’opposition.

Le chef de l’Etat, Patrice Talon, a rompu avec  sa tradition de rester  discret ou muet face à des sujets qui sont parfois incompris  des populations et qui sont exploités par  ses  adversaires politiques.   Il suffit d’allumer la télévision ou la radio pour s’en rendre compte.  Chaque semaine ou presque,  il y a une sortie ou une rencontre initiée par  le chef de l’Etat.  Au Palais de la Marina, il a reçu les Centrales syndicales, le Clergé catholique, les dignitaires musulmans et protestants, les sinistrés du processus d’expropriation des terres à Glo, commune d’Abomey-Calavi, en vue de la construction d’un nouvel aéroport. Dans le même mois de février, il est descendu sur le chantier de construction des épis de Siafato sur la plage ouest de Cotonou. En effet, depuis peu, il se fait voir de plus en plus et explique beaucoup de choses à ses invités et aux populations. Il l’a fait à tous les rendez-vous dont le face-à-face avec les leaders syndicaux, les échanges avec les catholiques sans oublier ses explications données aux  victimes de l’expropriation. Après avoir passé, bientôt deux ans à la tête du pays sans réellement se montrer aux Béninois, il change de stratégie. Selon ses proches, il est loin de verser dans le populisme, comme l’aimait si bien le faire son prédécesseur Yayi Boni. Les deux hommes n’ont d’ailleurs rien de cela en commun.  Contrairement à l’ancien président de la République dont les sorties étaient incontrôlées et  de façon à saturer les écrans des chaînes de télévision, celles de son successeur sont mesurées et adaptées aux circonstances et au temps. Le contexte actuel marqué par la  tension sociale, les sorties des leaders des Fcbe avec leur chef de file Yayi Boni, les récriminations des populations contre le régime a, sans doute, donné des idées au président de la République à se tenir à l’écart de ses habitudes pour dissiper les inquiétudes des milliers de Béninois.

L’art de convaincre

Dans ses différents discours, le locataire de La Marina parvient à se faire comprendre à ses vis-à-vis sur les actions qu’il entreprend. Plus que convaincre, il laisse entrevoir l’espoir d’un Bénin mieux gouverné et socialement bien portant. Au regard des réponses et des réactions consécutives à ses interventions, il y a lieu de conclure que le chef de l’Etat a l’art de persuader. On peut s’en convaincre avec la sortie du Bloc de la majorité présidentielle qui a longtemps brillé par son mutisme et son inaction. Car, c’est à croire que cette succession d’actions du président de la République l’a persuadé à aller au front pour défendre le régime alors qu’il se contentait de voter  les lois et de se réclamer, par des déclarations, comme étant du pouvoir. Jean-Michel Abimbola, Rachidi Gbadamassi, Gérald Gbénonci  et autres ont attendu  de voir comment Patrice Talon allait réagir face à de nombreux sujets avant de sortir de leur réserve. Et désormais, ce sera du tac au tac, préviennent-ils, en réponse aux nombreuses attaques de l’opposition qui semble filer le parfait amour avec les Centrales syndicales. Ces temps-ci, les sujets sur lesquels on les voit s’en prendre au régime sont relatifs à la lutte contre la corruption et les revendications des travailleurs. Or, ils sont tous conscients que les fonctionnaires de l’Etat sont mieux lotis qu’hier, mais réclament un peu plus selon la tête du gouvernement,  et que la lutte contre la mauvaise gouvernance a toujours été le souhait de tout le monde. Pour l’opinion publique, l’absence de ces rencontres entre le chef de l’Etat et les populations a laissé libre cours à la désinformation qui n’est pas sans préjudice sur la popularité de Patrice Talon. En d’autres termes, en multipliant des sorties et des rencontres au sein du peuple, cela pourrait l’aider à reprendre quelques points perdus après son triomphe électoral de 2016.

Fidèle Nanga