Spread the love

talon6-2018Soucieux de la formation des étudiants inscrits à l’Unité de formation et de recherche en Odontostomatologie de la Faculté des sciences de la santé (Fss) de l’Université d’Abomey-Calavi, le gouvernement a décidé de les transférer dans des écoles spécialisées de la sous-région. La décision a été prise en Conseil des ministres d’hier mercredi 10 octobre 2018.

Les étudiants inscrits à l’Unité de formation et de recherche en Odontostomatologie de la Faculté des sciences de la santé (Fss) de l’Université d’Abomey-Calavi iront parachever leur formation à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar du fait des nombreuses difficultés qui ont empêché le bon déroulement de leur cursus universitaire. Ainsi en a décidé le Conseil des ministres d’hier. Examiné en Conseil des ministres le 22 août 2018, le dossier des trois promotions d’étudiants se trouvant dans une situation très préoccupante quant à la poursuite de leur formation avait été confié aux ministres concernés pour les prospections en vue d’identifier des centres qui pourront les accueillir. Au nombre des centres de formation retenus, les écoles spécialisées de la Côte d’Ivoire et du Sénégal. Finalement, le choix des autorités béninoises a été porté sur  l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Le gouvernement est parvenu à cette décision du fait de la situation créée à la Fss. En effet, la Faculté des Sciences de la santé de l’Université d’Abomey-Calavi s’est dotée, en 2011, d’une Unité de formation et de recherche en Odontostomatologie qui a une école de formation et de recherche en chirurgie dentaire. Ouverte au mépris des textes devant l’organiser, cette unité n’a pu être à la hauteur de la formation. De graves insuffisances ont émaillé le cursus des apprenants. Il s’agit de l’inexistence sur le territoire national d’enseignants de rang magistral dans le domaine, le sous-équipement criard du seul laboratoire qui du reste est non fonctionnel, et l’inexistence d’autres laboratoires devant servir de cadre pour les travaux pratiques, l’inexistence d’une Clinique  universitaire en Odontostomatologie pour les stages hospitaliers, l’absence de coordination des activités académiques et l’inadéquation des stages cliniques. Une situation qui n’a pu permis la formation des apprenants. Pour remédier à cela, le Conseil a donc décidé de leur transfert dans une école spécialisée de l’Ucad au Sénégal aux frais de l’Etat. Tel un père de famille, le président Talon, a veillé personnellement à l’aboutissement du dossier. Cette décision est une mesure pour sauver les études et la carrière de ces étudiants. Elle dénote du sens de responsabilité du gouvernement. Le pire aurait été de laisser ces étudiants à leur sort, avec une formation bâclée et sans perspective, ils constitueraient des dangers pour les populations. Cette décision prévient et règle en amont certaines tares de notre système de santé dénoncées par les Béninois. C’est la preuve qu’il y a un suivi régulier des dossiers. C’est également la preuve que l’Etat est une continuité. Le président Talon ne voulant pas faire payer aux apprenants les errements dont ils ne sont pas responsables, a dû prendre les mesures qui s’imposent. Il faut donc saluer la rigueur du gouvernement qui veut qu’une fois à Dakar, les bénéficiaires se consacrent bien à leurs études et réussissent. Raison pour laquelle le bénéfice de la formation et de la bourse est assorti de l’obligation de résultat. Ainsi, celui qui redouble perd le soutien de l’Etat.

A.T.