Spread the love
RECK-MADOUG
Elle défendra les couleurs béninoises à l’international

La mobilisation de petites ressources extractives pour lutter contre la malnutrition : telle est la mission assignée à Reckya Madougou en la nommant ambassadrice de Unitlife.

Le Bénin vient d’être honoré par les hautes instances mondiales. L’Organisation des Nations Unies vient de nommer l’ancien ministre de Yayi Boni, Reckya Madougou, ambassadrice de l’initiative Unitlife pour tout le continent africain. A ce titre, elle sera aux côtés du célèbre ancien ministre français Philippe Douste-Blazy, secrétaire général adjoint de l’Onu et conseiller spécial du secrétaire général de l’Onu en charge des financements innovants pour le développement. Reckya Madougou sera chargée de sensibiliser les chefs d’Etat, les gouvernements, le secteur privé, la société civile et l’opinion publique africaine sur la nécessité d’un partenariat sud-sud en vue de la mutualisation des efforts contre un fléau qui mine le continent et retarde son émergence. De par cette fonction, elle appuie la mission française de l’Onu qui l’a sollicitée eu égard à son leadership relatif aux questions de développement sur le continent ainsi que ses entrées auprès de plusieurs gouvernements. Unitlife est une entité de l’Onu plaidant en faveur de la prise en charge nutritionnelle des enfants de moins de cinq ans en vue de leur éviter la malnutrition. Déjà plusieurs pays comme le Niger, la Guinée Conakry, le Mali et le Congo ont exprimé leur adhésion à cette cause noble et s’y sont engagés.

La malnutrition chronique constitue un mal qui mine plus de 870 millions d’êtres humains dont 30% d’enfants sur le continent africain. Ses conséquences sur la santé infantile sont nombreuses et ont noms décès massifs, retard scolaire, pertes de croissance économique pour les pays, etc.

Une approche innovante

 Unitlife se présente comme une approche innovante du financement du développement. De manière pratique, il s’agira de faire recours aux ressources extractives (mines, pétrole, etc) pour financer la lutte contre ce mal dont le traitement est pourtant simple et peu onéreux. Ces prélèvements qui seront faits sur les ressources extractives seront minimes et indolores mais suffisants pour atteindre les objectifs fixés.

Cette nouvelle approche de financement du développement s’impose du fait de la crise économique mondiale, les aides au développement du continent africain se réduisent alors que les besoins de ces pays s’accroissent. De nouveaux modes de financement s’avèrent donc nécessaires.

L’initiative Unitlife comme Unitaid constitue un grand pas en avant pour répondre à un enjeu de solidarité essentiel pour l’équilibre du monde. Mais ce n’est qu’un premier pas, et c’est ça qui est capital : avec la démographie galopante, que nous observons, avec les inégalités qui se creusent de plus en plus, les écarts de richesse entre les pauvres et les riches grandissent considérablement, la réalisation des objectifs du millénaire passe nécessairement par de nouvelles sources de financements.

Il faut préciser que l’expert en appui au développement et ancien ministre Reckya Madougou était lundi 28 septembre 2015 aux nations-Unies à New-York pour le lancement de Unitlife aux côtés de personnalités de haut rang dont le président français François Hollande, plusieurs Chefs d’Etat africains, des présidents de fondations européennes et américaines (Bill Gates, Clinton, Rockfeller…). A travers cette initiative de l’Onu qui est élaborée suivant le modèle de Unitaid (une stratégie novatrice ayant réalisé de belles performances dans la lutte contre le Sida, le paludisme et la tuberculose), c’est une campagne internationale avec une approche innovante pour bouter la malnutrition hors du continent africain voire du monde qui est engagée. Réckya Madougou, expert international en finance inclusive et les autres porteurs de l’initiative mèneront une lutte engagée contre la malnutrition grâce à une solidarité mondiale.

AT