Spread the love
Le pied gauche de l'une des victimes criblé de balles et l'arme utilisée par les braqueurs
Le pied gauche de l’une des victimes criblé de balles et l’arme utilisée par les braqueurs

Hier, jeudi 25 décembre 2014, la hiérarchie policière a tenu un point de presse à l’Ecole nationale de Police. Il s’agissait, pour elle, d’informer les populations sur un braquage qui s’est produit le 24 décembre 2014. A en croire le Directeur central de la sécurité publique (Dcsp), Louis Tokpanou, c’est aux environs de 1 heure du matin que la patrouille du Commissariat central de Tokplégbé a aperçu 4 individus sur 3 motos qui roulaient à vive allure. Face à ce constat, la patrouille a choisi de les interpeller. Mais, contre toute attente, ces motocyclistes ont ouvert le feu sur les policiers. « La riposte ne s’est pas faite attendre », a-t-il martelé. Dans les échanges de tirs, deux motocyclistes sont tombés, dont un mortellement touché, et l’autre grièvement. Les deux autres ont réussi à s’enfuir en abandonnant deux motos, un casque, un pistolet de fabrication artisanale et des munitions. La fouille à corps du braqueur mortellement atteint a permis de découvrir des gris-gris, des numéraires, et une carte militaire au nom de Océni Kola Abel Monfolorounto des Forces armées terrestres. Aux dernières nouvelles, l’intéressé serait venu au Commissariat de Tokplégbé et aurait identifié sa moto « Dream » et son casque. Les mêmes individus ont également braqué un autre citoyen dans sa boutique à Enagnon. « Cette deuxième victime a été criblée de balles au pied gauche et évacué à l’hôpital », a déclaré le Dcsp.

 Joël Samson Bossou