Spread the love
charlemagne-h
Le maire Honfo peut pousser un ouf de soulagement

C’est dans un contexte marqué par une crise économique aigue que s’est tenue, hier mardi 29 novembre 2016,  la 4ème session budgétaire de Sèmè-Podji. Selon le maire Charlemagne Honfo, cette crise est tellement ressentie au point que la mobilisation des ressources propres devient une équation à plusieurs inconnus du fait de la chute du Naira. Face à cette tendance baissière des recettes, l’autorité communale reste optimiste. « La situation actuelle est comparable à celle d’un père de famille dont les charges dépassent les ressources. La solution ne serait pas de contracter des prêts afin d’amener les ressources au niveau de ces charges. Si on procédait ainsi, on plongerait cette famille dans un endettement dont la courbe serait toujours ascendante. Il s’agit ici de redoubler d’effort pour combler le gap », a-t-il estimé. Toutefois, il a souhaité qu’au terme des travaux, la commune soit dotée d’un budget qui donnera espoir aux populations. La validation du rapport d’activités du maire a été l’un des temps forts de cette session. Et là, c’est à l’unanimité que les conseillers présents ont approuvé le travail abattu par l’équipe en place. Le secrétaire général de la Commune a fait savoir que par rapport au volet « gestion des ressources humaines », l’activité phare est l’avancement en grade de 26 agents. Egalement, dans le cadre des dispositions pratiques à prendre avant la main levée des activités de lotissement, le maire a pris les arrêtés des sections foncières des villages des arrondissements d’Ekpè, de Djrègbé, et de Tohouè avant l’approbation du Conseil pour la relance effective du lotissement. De même, il a été organisé dans les six arrondissements des séances de sensibilisation sur la délivrance gratuite et le retrait de volet N°1 d’actes de naissance. D’autres actions allant dans le sens de l’amélioration des conditions de vie des populations ont été posées par le N°1 de Sèmè-Podji. Entre autres, on peut citer la remise de kits scolaires aux élèves de l’Epp Djeffa plage.

Joël Samson Bossou