Spread the love

assemblee-nationale_4Le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji,  procède ce jour à l’ouverture de la 2ème session ordinaire de l’Institution. Au cours de ladite session, encore appelée session budgétaire, les députés doivent faire le bon geste: déclarer leurs biens.

C’est un secret de polichinelle que la non-déclaration des biens par une grande majorité des membres de l’Assemblée nationale et du gouvernement, fait couler, ces derniers jours, beaucoup d’encre et de salive. A l’ouverture de la présente session, il est attendu que la deuxième personnalité de l’Etat, Me Adrien Houngbédji, use de ses prérogatives pour rappeler à l’ordre ses collègues qui n’ont pas encore satisfait aux dispositions de la loi sur la déclaration de patrimoine. A la date du 31 août 2016, seulement 6 députés, y compris le président de l’Assemblée Nationale, ont déclaré leurs biens pour rester collés à la loi. Qu’attendent alors les 77 autres ? L’attentisme dans lequel baignent les parlementaires ne s’explique pas. La presse en fait ses choux gras, et pourtant les lignes ne bougent pas. Sur le sujet, l’opinion publique se désole de ce que ceux qui votent les lois ne respectent pas eux-mêmes la loi. Comme le disent les latins, ‘’Dura lex, sed lex’’, la loi est dure, mais c’est la loi. Les  77 élus du peuple sont contraints de prendre le chemin de la Cour Suprême pour aller remplir les formalités. Ce faisant, ils seront adoubés par le peuple et leurs électeurs. Le président de l’Assemblée nationale qui a déjà fait le geste doit en appeler à la prise de conscience de ses collègues.

La sonnette d’alarme

Face au comportement des membres du gouvernement et de l’Assemblée Nationale, vis-à-vis de la loi sur la déclaration du patrimoine, l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anjc) a attiré, il y a quelques jours, l’attention de tous sur le non-respect de la loi, par ceux qui sont sensés la respecter. 12 ministres et 6 députés ont pu déclarer leurs biens. Ces statistiques ont fait dire au député Orden Alladatin, au cours d’une plénière, que ‘’les députés ont tous été épinglés’’. Il ne comprend pas que les législateurs qu’ils sont ne puissent pas être capables de satisfaire à une obligation citoyenne. C’est donc clair qu’aucune raison ne peut justifier le comportement des élus du peuple qui doivent donner le bon exemple à tous les citoyens, en ce qui concerne, l’obéissance aux lois qu’on s’est soi-même prescrit. C’est un principe sacro-saint en démocratie. Et le peuple attend la prompte réaction des 77 députés et par extension les autres membres du gouvernement qui n’ont pas encore déclaré leurs biens. Le bon geste doit être prescrit par le président Houngbédji, à l’ouverture de la session ou au cours de la présentation de son rapport d’activités, qui prend en compte le rapport moral et financier de l’Institution qu’il dirige.

L’opinion du député Abimbola

Il fait partie des 5 premiers députés ayant déclaré leurs biens. Mais sans pouvoir absoudre ses collègues qui se font désirer, au greffe de la Cour Suprême, Jean-Michel Abimbola, président de la Commission du Plan, de l’Equipement et de la Production, avoue sur l’émission ‘’Grand Rendez-vous’’ de la radio Soleil Fm, lors de son passage hier dimanche 16 octobre 2016, que la loi est mal fichue. Il ne comprend pas que l’on puisse demander aux gens qui ne gèrent pas les fonds publics, d’aller déclarer leurs biens. Les députés et les ministres doivent déclarer leurs biens. Au terme de la loi, les chefs d’arrondissement et les délégués doivent aussi sacrifier à la tradition. Mais, à quelle fin ? S’est interrogé l’invité.  Le dispositif serait trop lourd, et la solution, à en croire Jean-Michel Abimbola, serait de réviser la loi. Dès lors, un amendement est envisagé, mais pas au moment où les députés ont le feu aux fesses. La loi qui encadre la déclaration des biens est jusqu’à nouvel ordre en vigueur et ceux qui sont épinglés par l’Anjc doivent s’y conformer.

Martin Aïhonnou

(Coll)