Spread the love
mgrrogerhoungbdjiLe nouveau archevêque de Cotonou, Monseigneur Roger Houngbédji (photo)  a invité samedi dernier, à l’Eglie de la paroisse, St Antoine de Padou de Calavi, les fidèles de ce vicariat affectés par le syncrétisme, à mieux connaître Jésus et tisser une relation intime avec lui afin d’abandonner la vie de foi double qu’ils mènent, dans un message consacré « à une vie chrétienne pure et saine », adressée aux familles à l’ouverture de l’année pastorale vouée au thème : « connaître et aimer le Christ visage de la miséricorde ».
Le prélat a rapporté que le synode sur la famille a diagnostiqué au cours de ses assises de Cotonou la recrudescence du syncrétisme, et dénoncé que les fidèles mènent une vie de foi double. Une vie en relation avec le monde occulte et une autre supposé en relation avec Jésus.
Monseigneur Roger Houngbédji,  a ajouté que les chrétiens sont à la recherche de prières efficaces pour faire pression sur Dieu. Il dénoté que cette propension est une attitude païenne. Il a aussi souligné que les paroisses les mieux fréquentées sont celles qui distribuent des opportunités pour assouvir la soif d’un monde de païens nostalgiques de la vie de jadis.
Pour lui, plus nous connaissons chaque instant davantage qui est Jésus mieux nous allons marcher à sa suite. Il a saisi l’occasion pour lancer un appel à une vie de relation de proximité avec Jésus voire d’intimité avec Dieu. A la lumière de l’évangile du jour, dans laquelle, le disciple Pierre a reconnu Jésus comme le Messie, Mgr Roger Houngbédji a souligné que la connaissance que le disciple à de son maître doit être profonde et dépasser celle de l’opinion publique. De son avis, une connaissance superficielle ne peut résister au choc des théories ésotériques.
« C’est la grâce de Dieu qui nous mène à réaliser ce qui pour les hommes est impossible » a ajouté le prélat. Comment le disciple Pierre qui a renié le Christ trois fois de suite est de devenu le pasteur par excellence de l’église s’est interrogé le prélat. Pour lui si ce disciple est parvenu à cette charge c’est qu’il sait prendre conscience sans fin de sa condition de pauvreté de faiblesse. « C’est la grâce qui nous permet de transcender ce qui est impossible pour les hommes » a insisté Mgr Roger Houngbédji. Utiliser judicieusement cette grâce est la clé à une vie chrétienne pure et sainte, faite de l’aboutissement de la foi.
A la fin de la messe, Mgr Roger Houngbédji, a distribué une bible à trente familles représentant la trentaine de paroisse que comme le vicariat de Calavi. Un appel selon les communiqués à découvrir le Christ.
Notons qu’en quittant Calavi, les prêtres et les fidèles de ce vicariat ont offert à leur évêque une mitre (une coiffure liturgique des cérémonies portée par les papes, les évêques et certains abbés).
Ange Joël Toffoun (Coll)