Spread the love
wadagni2
Romuald Wadagni atteste la bonne foi du gouvernement

La paralysie de l’administration publique observée depuis plusieurs mois doit connaître un terme. Le gouvernement, dans la recherche de solutions, a entamé le paiement du salaire du mois de mars sans opérer la moindre défalcation.

Le gouvernement, dans le cadre de l’apaisement de la tension sociale, a décidé de ne pas opérer des défalcations sur les salaires du mois de mars pour fait de grève.Ainsi, les salaires sont donc payés intégralement aux agents de l’Etat. Les doléances des travailleurs ne sont pas tombées dans des oreilles de sourds. Le gouvernement, après réflexion, a fini par lâcher prise. La menace de défalcations n’a plus été mise à exécution. Après plusieurs tentatives, les négociations gouvernement-syndicats initiées en vue du dégel de la situation ont donc porté leurs fruits.Le gouvernement, prenant la mesure de la situation, a dû parer au plus pressé pour que l’administration publique reprenne à nouveau vie. La balle est désormais dans le camp des agents de l’Etat.Ils doivent saisir la main tendue du gouvernement. En attendant que les défalcations opérées sur les salaires du mois de février ne soient rétrocédées, les centrales et confédérations syndicales doivent en appeler au bon sens des travailleurs afin qu’ils reprennent le chemin du service.

Outre les revendications relatives au faible pouvoir d’achat, au Smig, à l’alignement des salaires sur le Smig et la revalorisation des points indiciaires, le point d’achoppement entre le gouvernement et les syndicats était la rétrocession des défalcations opérées pour fait de grève. Maintenant que c’est fait, il n’y a plus de raison que les deux parties continuent de se regarder en chiens de faïence.

Odi I. Aïtchédji